Savoir vouloir, selon Jésus

Source : Réflexion de Bonne Volonté extraite du livre « Jesus, a Dor e a origem de Sua Autoridade — O Poder do Cristo em nós » [Jésus, la Douleur et l’origine de Son Autorité — Le Pouvoir du Christ en nous], novembre 2014. | Mis à jour en mars 2018.

Jésus est le Christ Œcuménique, le Suprême Homme d’État, car seule la pensée divinement universaliste peut proposer l’existence d’une société dans laquelle les êtres humains se respectent avec un tel degré de Fraternité.

Tela: Benjamin West (1738-1820)

Detalhe da obra: Jesus cura os doentes.

Impossible ?! Jamais !

Nous sommes confrontés à une simple question de savoir vouloir, indépendamment du temps nécessaire pour cela. Il est indispensable que nous persévérions dans le Christ Jésus. Il nous l’annonce Lui-même avec sagesse dans l’Apocalypse, selon Jean 3, 10 : « Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi, Je te garderai moi aussi de l’heure de l’épreuve qui va venir sur le monde entier pour éprouver les habitants de la Terre ».

Les paroles de Martin Luther King Jr.

Arquivo BV

Martin Luther King Jr.

Et que les hommes de bien arrêtent de se cacher une fois pour toutes ! La doléance de l’intrépide pasteur américain Martin Luther King Jr. (1929-1968) résonne encore : « Notre génération n’aura pas seulement à se repentir des mots et des actes haineux des mauvaises gens, mais aussi du silence terrifiant des gens de bien. » (C’est moi qui souligne.)

Exact !

Cependant, il n’y a personne sur cet orbe qui soit parfaitement bon ou totalement mauvais. C’est pourquoi il y a toujours la possibilité de se corriger. Et que ceux qui sont considérés comme bons ne deviennent pas arrogants dans leur bonté ! Mais, et le monde le réclame avec raison, que les bons soient plus audacieux dans leurs œuvres, afin de mériter la reconnaissance de ceux qui attendent d’eux l’attitude qui se doit. Jésus déplore les comportements d’omission, conformément à Sa lamentation, que nous avons mentionnée auparavant : « les fils de ce monde-ci sont plus avisés envers leurs propres congénères que les fils de la Lumière. » Jésus (Luc 16, 8)

Ce n’est qu’avec une action décisive et talentueuse dans l’Amour Divin et la Justice Divine que nous aurons finalement « un nouveau Ciel et une nouvelle Terre » – une transformation qui commence dans l’esprit de chacun ou de chacune – selon la promesse qui figure dans le Livre des Prophéties Finales 21, 1 : « Puis je vis un nouveau Ciel et une nouvelle Terre ; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n’était plus ».

José de Paiva Netto est écrivain, journaliste, homme de radio, compositeur et poète. Il est né le 2 mars 1941, à Rio de Janeiro, Brésil. Il est président de la Légion de la Bonne Volonté (LBV) et membre effectif de l’Association Brésilienne de la Presse (ABI) et de l’Association Brésilienne de la Presse Internationale (ABI-Inter). Affilié à la Fédération Nationale des Journalistes (FENAJ), à l’International Federation of Journalists (IFJ), au Syndicat des Journalistes Professionnels de l’État de Rio de Janeiro, au Syndicat des Écrivains à Rio de Janeiro, au Syndicat des Professionnels de la Radio à Rio de Janeiro et à l’Union Brésilienne des Compositeurs (UBC). Il fait aussi partie de l’Academia de Letras do Brasil Central [Académie des Belles Lettres du Brésil Central]. C’est un auteur de référence internationale reconnu pour la conceptualisation et la défense de la cause de la Citoyenneté et de la Spiritualité Œcuméniques, qui, selon lui, constituent « le berceau des valeurs les plus généreuses qui naissent de lÂme, la demeure des émotions et du raisonnement éclairé par lintuition, lenvironnement qui englobe tout ce qui transcende le domaine vulgaire de la matière et vient de la sensibilité humaine sublimée, comme la Vérité, la Justice, la Miséricorde, lÉthique, lHonnêteté, la Générosité, l’Amour Fraternel. En bref, la constante mathématique qui harmonise l'équation de l'existence spirituelle, morale, mentale et humaine. Or, sans cette conscience que nous existons sur deux plans, et donc, pas seulement sur le plan physique, il nous est difficile d'atteindre la Société réellement solidaire, altruiste et œcuménique, car nous continuerons à ignorer que la connaissance de la Spiritualité supérieure élève la nature des êtres et les conduit, en conséquence, à construire une citoyenneté planétaire. ».