Un trésor précieux

Dans les vibrations du Noël de Jésus, il n’y a pas de meilleure occasion pour vous souhaiter une nouvelle année prospère.

Le Sauveur des peuples est passé par la Terre et, pour nous amener la libération spirituelle, Il a dû payer un lourd tribut. Mais Il a vaincu, Il a vaincu et nous a laissé l’enseignement que, sous le coup de fouet de la douleur, surgit la Lumière.

Tela: James Tissot (1836-1902)

Detalhe da obra intitulada: A Oração do Senhor.

La souffrance n’abat pas l’âme de l’être humain qui est intégré en Lui, le Christ Œcuménique, par conséquent universel, le Divin Homme d’État. Au contraire, elle dresse l’individu vers le sein compatissant de Son Créateur. Là, l’individu se réchauffe, parce qu’il y trouve la Clarté inextinguible de la Céleste Charité. Et il connaît, enfin, la véritable réalisation matérielle et spirituelle.

Et il voit ! Il voit, même sur le plan des formes, au-delà des frontières strictes de l’horizon terrestre, qui ne peut plus déprécier ses visions du monde infini, où règne la joie ineffable du Noël Permanent. Et elle, la créature, commence à distinguer d’où vient un pouvoir qui ne s’abâtardit pas dans la promiscuité du bourbier des corruptions humaines. Et ainsi elle va se libérer du mal.

C’est N​oël !

Une fois de plus, l’Espérance n’est pas morte, car Jésus naît de nouveau, comme s’il ressuscitait, chaque jour, dans les cœurs de ceux qui L’aiment.

Tela: Carlo Maratti (1625-1713)

Título da obra: A noite sagrada (o nascimento de Jesus).

Prière

Et à Lui, Jésus, nous adressons cette supplication.

Nous Te rendons gloire, ô Sublime Rédempteur ; parce que si tu as ressuscité, comme cela s’est réellement passé, Tu l’as fait pour que nous restions vivants dans Ton Amour, dans Ta Clémence, dans Ta Compassion, mais aussi vivants dans Ta Justice.

Nous croyons en Toi, et c’est finalement le véritable trésor qui nous soutient et nous accompagne tout au long de l’existence éternelle.

Nous nous sentons, sans vain orgueil, fiers d’être Légionnaires de la LBV, Chrétiens du Nouveau Commandement de la Religion de Dieu, du Christ et de l’Esprit Saint, collaborateurs et bénévoles de la Bonne Volonté Divine.

Les luttes servent à nous fortifier en Toi, ô Libérateur Sacré, qui nous délivre des injustices du monde.

Te servir, Jésus, est le privilège de ceux qui ont compris la destinée réelle des pèlerins des routes terrestres.

Si les pierres blessent les pieds dénudés, le cœur et l’esprit apprennent à persévérer sur le chemin qui conduit infailliblement à ce qui persiste, au moment de, racheté, embrasser Tes mains et, comme Tu le fis il y a deux mille ans pour Tes Apôtres, laver Tes pieds ; car Toi aussi, Raison de nos vies, Tu marchas et Tu descendras jusqu’à nous, alors que, par Ton Amour, par Ta Miséricorde, nous montions à Ta rencontre.

Voilà un autre acte de Ta Générosité Infinie.

Nous désirons rester avec Toi, actifs, car Tu n’approuves pas l’oisiveté, en attendant que sonne la trompette de Josaphat, c’est-à-dire, le signal de la transition des temps. Merci, Seigneur, par la Foi qui divinise et de laquelle Tu nous as revêtus, de sorte que nous ne devons pas attendre la mort pour Te voir plus clairement et Te servir filialement.

Nous sommes Tes protégés !

À quoi pourrions-nous aspirer de plus, alors que Tu es le trésor précieux, celui que les êtres humains recherchent instinctivement, souvent même sans savoir le définir dans toute sa grandeur : l’Amour Fraternel, qui est aussi Ton nom !

Gloire à Toi, Jésus, ô Ressuscité Céleste, qui nous a retiré, par Ton Sacrifice Indescriptible, de l’orphelinage et nous a conduit dans les bras du Père Divin.

Ne vivons plus perdus dans l’aridité de l’intolérance sous toutes ses formes. Accepte-nous, Seigneur, comme Tes humbles Cyrénéens. Gloire à Toi donc, Jésus, Boussole de notre bonne marche. À cette Boussole que Tu es, nous ne renoncerons jamais.

Ainsi soit-il !

Gloire à Dieu au plus haut des Cieux, Paix sur la Terre aux Hommes, aux Femmes, aux Jeunes, aux Enfants et aux Esprits, les Âmes Bénies, de la Bonne Volonté de Dieu !

Celui qui se confie à Jésus ne perd pas son temps !, parce qu’Il est le grand Ami qui n’abandonne jamais un ami en chemin.

Plus on est près de Jésus, plus on s’éloigne des problèmes !

José de Paiva Netto est écrivain, journaliste, homme de radio, compositeur et poète. Il est né le 2 mars 1941, à Rio de Janeiro, Brésil. Il est président de la Légion de la Bonne Volonté (LBV) et membre effectif de l’Association Brésilienne de la Presse (ABI) et de l’Association Brésilienne de la Presse Internationale (ABI-Inter). Affilié à la Fédération Nationale des Journalistes (FENAJ), à l’International Federation of Journalists (IFJ), au Syndicat des Journalistes Professionnels de l’État de Rio de Janeiro, au Syndicat des Écrivains à Rio de Janeiro, au Syndicat des Professionnels de la Radio à Rio de Janeiro et à l’Union Brésilienne des Compositeurs (UBC). Il fait aussi partie de l’Academia de Letras do Brasil Central [Académie des Belles Lettres du Brésil Central]. C’est un auteur de référence internationale reconnu pour la conceptualisation et la défense de la cause de la Citoyenneté et de la Spiritualité Œcuméniques, qui, selon lui, constituent « le berceau des valeurs les plus généreuses qui naissent de lÂme, la demeure des émotions et du raisonnement éclairé par lintuition, lenvironnement qui englobe tout ce qui transcende le domaine vulgaire de la matière et vient de la sensibilité humaine sublimée, comme la Vérité, la Justice, la Miséricorde, lÉthique, lHonnêteté, la Générosité, l’Amour Fraternel. En bref, la constante mathématique qui harmonise l'équation de l'existence spirituelle, morale, mentale et humaine. Or, sans cette conscience que nous existons sur deux plans, et donc, pas seulement sur le plan physique, il nous est difficile d'atteindre la Société réellement solidaire, altruiste et œcuménique, car nous continuerons à ignorer que la connaissance de la Spiritualité supérieure élève la nature des êtres et les conduit, en conséquence, à construire une citoyenneté planétaire. ».