Altruisme et bien-être

Reprodução BV

Jorge Moll Neto

Qui n’a pas déjà ressenti un sentiment de bien-être à aider son semblable, que ce soit par un mot d’encouragement ou une action incisive de soutien et de secours ? Eh bien, ce sentiment agréable a été l’objet d’une étude dirigée par le neuroscientifique brésilien Jorge Moll Neto, MD et Ph.D., chercheur au National Institutes of Health des États-Unis. Il est également directeur-président de l’Instituto D’Or de Pesquisa e Ensino [Institut D’Or pour la recherche et l’enseignement]. Le travail a été publié dans la revue PNAS (Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America).

Le site de l’Académie brésilienne des Sciences rapporte cette conclusion du Dr. Moll Neto : « Aujourd’hui, nous savons que les bonnes actions sont liées à un bien-être plus prolongé que les réalisations personnelles qui ont un effet momentané. Nous croyons que cette découverte peut avoir une application très large en termes de qualité de vie et d’altruisme ».

Le monde a besoin de compassion

shutterstock

Des recherches de cette importance nous apportent une leçon significative, non seulement parce que nous savons qu’un sentiment bénéfique nous atteint, mais aussi pour ce que cela peut représenter d’effectif et de concret dans l’amélioration de la société.

Dans mon essai littéraire O Capital de Deus [Le Capital de Dieu] (Maison d’édition Elevação), j’affirme : Ce que certains ne comprennent pas jusqu’à présent, c’est que la Charité est synonyme d’Amour, et, par conséquent, ils la négligent, comme s’ils pouvaient vivre sans elle. Et qui peut vivre sans Amour ? La personne qui dit qu’elle ne veut pas être aimée ment ou est malade, ce qui pour moi revient au même. Celui qui ment n’est pas en bonne santé. Mais dans le Nouveau Commandement de Jésus, « Comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. Seulement ainsi tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez le même Amour les uns pour les autres » (Évangile selon Jean 13, 34 et 35), l’être humain aime l’être humain avec l’Amour que notre Père Céleste a façonné comme réalité divine, afin que chacun d’entre nous le suive.

Tela: Mathieu Ignace Van Brée (1773-1839)

Ce sentiment élevé constitue une expression sublimée de la solidarité, la fraternité, la compassion, la générosité. (...) Tout cela signifie un instinct de survie, car il s’agit du respect que tout citoyen doit avoir envers les autres.

José de Paiva Netto est écrivain, journaliste, homme de radio, compositeur et poète. Il est président de la Légion de la Bonne Volonté (LBV) et membre effectif de l’Association Brésilienne de la Presse (ABI) et de l’Association Brésilienne de la Presse Internationale (ABI-Inter). Affilié à la Fédération Nationale des Journalistes (FENAJ), à l’International Federation of Journalists (IFJ), au Syndicat des Journalistes Professionnels de l’État de Rio de Janeiro, au Syndicat des Écrivains à Rio de Janeiro, au Syndicat des Professionnels de la Radio à Rio de Janeiro et à l’Union Brésilienne des Compositeurs (UBC). Il fait aussi partie de l’Academia de Letras do Brasil Central [Académie des Belles Lettres du Brésil Central]. C’est un auteur de référence internationale reconnu pour la conceptualisation et la défense de la cause de la Citoyenneté et de la Spiritualité Œcuméniques, qui, selon lui, constituent « le berceau des valeurs les plus généreuses qui naissent de l’Âme, la demeure des émotions et du raisonnement éclairé par l’intuition, l’environnement qui englobe tout ce qui transcende le domaine vulgaire de la matière et vient de la sensibilité humaine sublimée, comme la Vérité, la Justice, la Miséricorde, l’Éthique, l’Honnêteté, l’Amour Fraternel ».