Solidarité : un chemin vers la Paix

Reprodução

Abraham Lincoln

La Paix désarmée ne résultera jamais seulement d’accords politiques, mais également d’une sublimation profonde de l’esprit religieux. Comme les grandes réalisations ont souvent leurs racines dans des initiatives simples, mais pratiques et vraies, de gens qui, pleins de courage, sont passés de la théorie à l’action, avec la force de l’autorité de leurs actes universellement reconnus, prévalons-nous de cet enseignement d’Abraham Lincoln (1809-1865) : « Lorsque je fais le Bien, je me sens bien. Lorsque je fais le mal, je me sens mal. Voilà ma religion. » Maintenant, personne ne pourra jamais taxer le vieil Abe d’incroyant...

L’argent et la renommée peuvent devenir un lourd fardeau pour un être humain. Ils n’apportent guère le bonheur. Sauf dans la mesure où ils correspondent à des bénéfices en faveur du collectif. Voici un chemin pour la Paix entre ceux qui ont tout et ceux qui ont besoin d’aide : la Solidarité.

Leilla Tonin

Quand Vous comprenez le sens du renoncement, vous apprenez à aimer. C’est à ce moment-là que le bonheur s’empare authentiquement de votre cœur. Leçon de la Bhagavad-Gita : « L’homme en qui se perdent tous les désirs obtient la Paix ».

Bezerra de Menezes

Une pensée fondée sur la Paix— Des transformations pérennes surviennent souvent dans les moments de grande agitation historique. Les tenaces grandissent en temps d’affrontement. S’ils le font avec leur pensée fondée sur la Paix, l’effet de leurs efforts marquera leur passage sur Terre du sceau de la Lumière. L’illustre médecin brésilien Dr Adolfo Bezerra de Menezes Cavalcanti (1831-1900) nous enseignait que « si nous aspirons à transmettre la Paix, si nous voulons élever le cœur de la créature, nous ne pouvons pas nous dispenser, dans nos vies, d’un changement profond et radical dans notre poursuite du renforcement de la Foi et de sa compréhension ».

Afresco: Raffaello Sanzio (1483-1520)

Isaïe

L’effet de la Justice sera la Paix — Les peuples arrivent généralement à survivre aux plus grands désordres qui croisent leur route. Il est très bon cet entêtement, ce bon sens de tant de gens qui fondent leurs actions sur le Courage, ainsi que sur l’Amour, le Bien, la Solidarité, la Fraternité et la Raison éclairée par un raisonnement illuminé par Dieu. Mais jamais sur le fanatisme.

Cette si grande intrépidité est ce qui a fait survivre l’humanité à tant de folie. La leçon suivante d’Isaïe, dans son livre de l’Ancien Testament de la Sainte Bible (32, 17), reconnaît cette réalité quand il affirme : « L’œuvre de la Justice sera la Paix, et le fruit de la Justice le repos et la sécurité pour toujours ».

José de Paiva Netto est écrivain, journaliste, homme de radio, compositeur et poète. Il est président de la Légion de la Bonne Volonté (LBV) et membre effectif de l’Association Brésilienne de la Presse (ABI) et de l’Association Brésilienne de la Presse Internationale (ABI-Inter). Affilié à la Fédération Nationale des Journalistes (FENAJ), à l’International Federation of Journalists (IFJ), au Syndicat des Journalistes Professionnels de l’État de Rio de Janeiro, au Syndicat des Écrivains à Rio de Janeiro, au Syndicat des Professionnels de la Radio à Rio de Janeiro et à l’Union Brésilienne des Compositeurs (UBC). Il fait aussi partie de l’Academia de Letras do Brasil Central [Académie des Belles Lettres du Brésil Central]. C’est un auteur de référence internationale reconnu pour la conceptualisation et la défense de la cause de la Citoyenneté et de la Spiritualité Œcuméniques, qui, selon lui, constituent « le berceau des valeurs les plus généreuses qui naissent de l’Âme, la demeure des émotions et du raisonnement éclairé par l’intuition, l’environnement qui englobe tout ce qui transcende le domaine vulgaire de la matière et vient de la sensibilité humaine sublimée, comme la Vérité, la Justice, la Miséricorde, l’Éthique, l’Honnêteté, l’Amour Fraternel ».