En faveur de la Vie, contre le suicide

Source : Livre O Brasil e o Apocalipse [Le Brésil et l’Apocalypse], Volume 2, juillet 1985.

Dans les temps actuels, il n’est pas rare de trouver quelqu’un de désespéré, désillusionné et découragé qui se demande : « C’est tant de lutte ! Pourquoi ? Est-ce que tout cela vaut la peine ? Et aussi si le monde finira – comme on le dit – pourquoi continuer ? »

shutterstock
Arquivo BV

Alziro Zarur

Mon ami, si vous êtes dans ce cas, sachez par avance que la planète Terre ne se finira pas de sitôt. Comme nous l’apprenons dans la Religion de Dieu, du Christ et de l’Esprit Saint, ce qui prendra fin c’est le monde de la méchanceté, cet état de choses terrible qui vous conduit PRESQUE à la défaite. Notez bien que j’ai écrit PRESQUE et je l’ai fait en lettres capitales, parce que vous vaincrez tout ce qui vous tourmente. Mais attention : la fin du corps ne termine absolument rien. « Il n’y a de mort en aucun point de l’univers », disait Alziro Zarur (1914-1979), le regretté fondateur de la Légion de la Bonne Volonté (LBV). Quiconque pense se débarrasser de la souffrance par le suicide fera face à une horrible surprise : il se retrouvera plus vivant que jamais, à subir les conséquences de son acte de rébellion contre la Volonté de son Créateur. Zarur enseignait aussi que « le suicide ne résout les angoisses de personne ».

Au sein de sa Croisade Sauvons des Vies, la Religion du Troisième Millénaire travaille intensément pour apporter à tous cette connaissance précieuse que l’existence est éternelle. Ainsi, elle se déclare contre le suicide.

Se suicider, ce n’est pas à peine liquider sa propre vie. Directement, tout geste qui offense la Loi Divine est un suicide. Le mauvais dignitaire religieux est suicidaire, il en est de même du mauvais scientifique, du mauvais politicien, du mauvais éducateur, du mauvais artiste, du mauvais communicateur, du mauvais sportif, bref, du mauvais être humain. Tous ceux qui perpètrent des actes contre leurs semblables sont suicidaires. Ceux qui nuisent à la Nature, qui font la guerre, qui cultivent la calomnie, qui pratiquent la corruption, etc., que sont-ils sinon des suicidaires ?

Respecter la Vie à chacun de ses stades est la Loi Maximale que nous devons respecter, non seulement par respect de nos semblables, mais de la même manière, vis-à-vis de nous-mêmes, sous peine que nous créions un enfer privé, un état de conscience comparé à une seconde mort (Apocalypse de Jésus 20, 14), ou la mort spirituelle dont parle la Sainte Bible.

Arquivo BV

Trono e Altar de Deus

Reprodução BV

Allan Kardec

On connaît cette vérité divine énoncée par Allan Kardec (1804-1869), le Codificateur du Spiritisme : « Naître, mourir, renaître encore et progresser sans cesse, telle est la Loi. » Personne ne meurt. C’est pourquoi se suicider est une folie, même si certains de ses défenseurs le nient, de façon inconséquente et encouragent la pratique du suicide. Pauvres frères qui, par un mauvais usage des moyens de communication, construisent aussi leur propre disgrâce future en conduisant tant de gens à l’erreur. Mais chaque jour est le jour de renouveler notre destin, une pensée qui apparaît en relief au pied de l’autel de Dieu, dans le Temple de la Bonne Volonté à Brasília/DF, au Brésil. Vous pouvez ne pas croire à la pérennité de la vie, mais vous devez vous concéder à vous-même le privilège du doute. Et si elle était de fait éternelle ? Avez-vous déjà pensé à cela ?

José de Paiva Netto est écrivain, journaliste, homme de radio, compositeur et poète. Il est né le 2 mars 1941, à Rio de Janeiro, Brésil. Il est président de la Légion de la Bonne Volonté (LBV) et membre effectif de l’Association Brésilienne de la Presse (ABI) et de l’Association Brésilienne de la Presse Internationale (ABI-Inter). Affilié à la Fédération Nationale des Journalistes (FENAJ), à l’International Federation of Journalists (IFJ), au Syndicat des Journalistes Professionnels de l’État de Rio de Janeiro, au Syndicat des Écrivains à Rio de Janeiro, au Syndicat des Professionnels de la Radio à Rio de Janeiro et à l’Union Brésilienne des Compositeurs (UBC). Il fait aussi partie de l’Academia de Letras do Brasil Central [Académie des Belles Lettres du Brésil Central]. C’est un auteur de référence internationale reconnu pour la conceptualisation et la défense de la cause de la Citoyenneté et de la Spiritualité Œcuméniques, qui, selon lui, constituent « le berceau des valeurs les plus généreuses qui naissent de lÂme, la demeure des émotions et du raisonnement éclairé par lintuition, lenvironnement qui englobe tout ce qui transcende le domaine vulgaire de la matière et vient de la sensibilité humaine sublimée, comme la Vérité, la Justice, la Miséricorde, lÉthique, lHonnêteté, la Générosité, l’Amour Fraternel. En bref, la constante mathématique qui harmonise l'équation de l'existence spirituelle, morale, mentale et humaine. Or, sans cette conscience que nous existons sur deux plans, et donc, pas seulement sur le plan physique, il nous est difficile d'atteindre la Société réellement solidaire, altruiste et œcuménique, car nous continuerons à ignorer que la connaissance de la Spiritualité supérieure élève la nature des êtres et les conduit, en conséquence, à construire une citoyenneté planétaire. ».