Avant qu’il ne soit trop tard...

Source : Réflexion de Bonne Volonté extraite du livre « Cidadania do Espírito » [Citoyenneté de l’Esprit], publié en octobre 2019.

« Or la fin de toutes choses est proche : soyez donc sobres, et vigilants à prier. Mais surtout, ayant entre vous un amour fervent : car l’amour couvre une multitude de péchés. » (1 Pierre l’Apôtre 4, 7-8)

Arquivo BV

Joseph Aloïs Schumpeter

L’Œcuménisme, tel que nous le comprenons, est une mondialisation sublimée par la Solidarité. Il est donc indispensable de mondialiser l’Amour Fraternel et de spiritualiser la technologie et l’économie. Je passe la parole à Joseph Aloïs Schumpeter (1883-1950), dans Théorie de l’Évolution Économique : « Les événements sociaux constituent un tout. (…) Jamais un fait n’est jusqu’en son tréfonds exclusivement ou purement économique ; il présente toujours d’autres aspects, souvent plus importants. »

Et je demande à Schumpeter la permission d’inclure parmi les « autres aspects souvent plus importants » les aspects spirituels.

Nous devons comprendre que la vie ne commence pas sur Terre, mais dans le Monde (encore) invisible aux yeux des hommes. On peut donc inclure dans ces considérations la célèbre affirmation de Hamlet (Acte I, scène 5): « Il y a plus de choses dans le ciel et sur la terre, Horatio, que n’en rêve votre philosophie. »

Tela: Delacroix (1798-1863)

                             

Divulgação

William Shakespeare

Ce sont des répliques égales à celle-ci qui justifient, depuis des siècles, la renommée du barde anglais Shakespeare (1564-1616).

Or, avant d’être chair, nous sommes Esprit, par conséquent des Citoyens Célestes, ce qui nous invite à étudier, pour comprendre, les Lois qui gouvernent la splendide société qui gravite dans les Sphères Invisibles, qui se trouvent bien au-dessus de nos têtes.

Puissions-nous, humanité, parvenir à une compréhension de tout cela avant qu’il ne soit trop tard ! Ce que nous n’aurons pas appris par l’effort de l’Amour peut venir nous écraser avec la rigidité de la Maîtresse Douleur.

José de Paiva Netto est écrivain, journaliste, homme de radio, compositeur et poète. Il est né le 2 mars 1941, à Rio de Janeiro, Brésil. Il est président de la Légion de la Bonne Volonté (LBV) et membre effectif de l’Association Brésilienne de la Presse (ABI) et de l’Association Brésilienne de la Presse Internationale (ABI-Inter). Affilié à la Fédération Nationale des Journalistes (FENAJ), à l’International Federation of Journalists (IFJ), au Syndicat des Journalistes Professionnels de l’État de Rio de Janeiro, au Syndicat des Écrivains à Rio de Janeiro, au Syndicat des Professionnels de la Radio à Rio de Janeiro et à l’Union Brésilienne des Compositeurs (UBC). Il fait aussi partie de l’Academia de Letras do Brasil Central [Académie des Belles Lettres du Brésil Central]. C’est un auteur de référence internationale reconnu pour la conceptualisation et la défense de la cause de la Citoyenneté et de la Spiritualité Œcuméniques, qui, selon lui, constituent « le berceau des valeurs les plus généreuses qui naissent de lÂme, la demeure des émotions et du raisonnement éclairé par lintuition, lenvironnement qui englobe tout ce qui transcende le domaine vulgaire de la matière et vient de la sensibilité humaine sublimée, comme la Vérité, la Justice, la Miséricorde, lÉthique, lHonnêteté, la Générosité, l’Amour Fraternel. En bref, la constante mathématique qui harmonise l'équation de l'existence spirituelle, morale, mentale et humaine. Or, sans cette conscience que nous existons sur deux plans, et donc, pas seulement sur le plan physique, il nous est difficile d'atteindre la Société réellement solidaire, altruiste et œcuménique, car nous continuerons à ignorer que la connaissance de la Spiritualité supérieure élève la nature des êtres et les conduit, en conséquence, à construire une citoyenneté planétaire. ».