Une vision de Jésus

J’ai trouvé dans mes vieux papiers, un texte que j’ai publié en 1986 dans le journal Gazeta de Notícias de Rio de Janeiro/RJ, Brésil, où je me demande : Combien sont ceux qui ont déjà réalisé qu’un penseur libertaire comme Jésus ne peut pas être emprisonné entre les quatre murs d’un temple ou voir son message réduit par des analystes qui, aussi vénérables qu’ils soient, confondent parfois « germain et genre humain » ?

Tela: Carl Bloch (1834-1890)

Jésus

Les religieux éclairés par l’esprit de concorde et ceux qui cultivent une pensée sans menottes, enfin, des hommes ouverts d’esprit, des croyants et des athées, le pressentent sans difficulté. Ils souhaitent voir l’excellente influence altruiste du Christ éclairer tous les secteurs de la société. Ils ne peuvent pas renoncer à une compétence aussi extraordinaire et sublime.

Tela: Cesareo Giuseppe, 1691

Jésus

Jésus a été un scientifique, quand, sur ordre du Seigneur de l’Univers, Il a bâti cette planète que nous habitons ; économiste, quand Il a multiplié les pains et les poissons et Il n’a pas laissé perdre ce qui restait ; philosophe, quand Il a développé Sa doctrine divine ; psychologue, quand Il l’a adaptée à la connaissance des masses ; pédagogue, quand Il l’a enseignée en paraboles ; religieux, quand, vivant avec le peuple et prêchant aux docteurs dans le temple dès l’âge de 12 ans, Il leur a transmis des normes pour mener leur existence dans le monde de sorte à mériter la vie éternelle ; moteur du progrès humain par ses propres efforts, quand Il a averti qu’à chacun il sera rendu selon ses œuvres : le Christianisme n’est pas l’école de l’oisiveté ; législateur et homme politique, quand Il a exposé, par l’intermédiaire de Jean l’Évangéliste, que Dieu est Amour et que, par conséquent, tous doivent se conformer à la loi de la solidarité humaine et sociale, en s’aimant les uns les autres comme Il nous a aimés : « Il n’y a pas de plus grand Amour que de donner sa vie pour ses amis » (Évangile selon Jean 15, 13). Avec cela, Il a convoqué le monde pour la plus grande des réformes qui doit précéder toutes les autres, celle de l’être humain par la connaissance de ses valeurs spirituelles : « Cherchez premièrement le Royaume de Dieu et sa Justice, et toutes les choses matérielles vous seront ajoutées. » (Évangile selon Matthieu 6, 33), postulat de Jésus pour la formation de l’économie de la solidarité humaine, élément de base de la stratégie de survie, que nous proposons pour que l’on ait une société solidaire, altruiste, œcuménique.

Reprodução

Jean

Reprodução

Matthieu

Voilà. L’œcuménisme est la porte ouverte à la Paix. Tout cela peut paraître une utopie dans un orbe saturé de haines et de conflits de toutes sortes. Cependant, l’humanité, le sachant ou non, désire ardemment une atmosphère spirituelle et sociale moins polluée. Ayant atteint une connaissance supérieure de ce qu’ils font dans ce bourg planétaire et conscients que leur vie continuera après la mort, la femme et l’homme, tôt ou tard, sauront se servir de toutes les richesses de la Terre sans en devenir les esclaves.

José de Paiva Netto est écrivain, journaliste, homme de radio, compositeur et poète. Il est président de la Légion de la Bonne Volonté (LBV) et membre effectif de l’Association Brésilienne de la Presse (ABI) et de l’Association Brésilienne de la Presse Internationale (ABI-Inter). Affilié à la Fédération Nationale des Journalistes (FENAJ), à l’International Federation of Journalists (IFJ), au Syndicat des Journalistes Professionnels de l’État de Rio de Janeiro, au Syndicat des Écrivains à Rio de Janeiro, au Syndicat des Professionnels de la Radio à Rio de Janeiro et à l’Union Brésilienne des Compositeurs (UBC). Il fait aussi partie de l’Academia de Letras do Brasil Central [Académie des Belles Lettres du Brésil Central]. C’est un auteur de référence internationale reconnu pour la conceptualisation et la défense de la cause de la Citoyenneté et de la Spiritualité Œcuméniques, qui, selon lui, constituent « le berceau des valeurs les plus généreuses qui naissent de l’Âme, la demeure des émotions et du raisonnement éclairé par l’intuition, l’environnement qui englobe tout ce qui transcende le domaine vulgaire de la matière et vient de la sensibilité humaine sublimée, comme la Vérité, la Justice, la Miséricorde, l’Éthique, l’Honnêteté, l’Amour Fraternel ».