Le Divin Libérateur

Texte extrait de l’article publié par l’auteur dans la presse, pendant les années 1980

L’EXTRAORDINAIRE PRÉSENCE LUMINEUSE QUI RÉSISTE AU PASSAGE DU TEMPS

Il existe un Libérateur dont l’influence transcende les limites ou les dates humaines : mai ou novembre*1 ? Son action est constante. Tant qu’il y aura la faim, le chômage, un manque de toit, des mineurs sans école et tendresse, des personnes âgées sans affect et sans personne pour les réconforter, une urgente émancipation de toutes les ethnies reste encore à faire.

L’Histoire consigne des personnages notables, qui ont dignifié l’existence terrestre (…). Toutefois, l’inexorable passage du temps efface de la mémoire des peuples les succès des réalisations de beaucoup d’entre eux, ne conservant que leurs noms et un pâle souvenir de leurs faits.

Une de ces personnalités historiques de tous les temps et de toutes les nations résiste glorieusement. Sa présence lumineuse fulgure chaque fois plus. Sa marque indélébile s’affirme dans la mémoire des hommes :

— Le ciel et la Terra passeront, mais mes paroles ne passeront point (Luc, 21 : 33).

Sa vie — enfance, jeunesse, prédication de la Bonne Nouvelle, souffrances, mort, résurrection — ne trouve aucun parallèle sur Terre :

— Vous êtes d’en bas, moi, Je suis d’en haut ; vous êtes de ce monde, Je ne suis pas de ce monde. (Jean, 8 : 23).

Après Lui, la vie de l’Être Humain n’a jamais plus été la même :

Je suis la Résurrection et la Vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra. Et quiconque vit et croit en moi ne souffrira pas éternellement (Jean, 11 : 25 et 26).

Il a secoué les âmes et a convoqué à Bethléem la diligence des puissants. À Son sujet, Siméon a prophétisé :

— Vois ! cet enfant est destiné à la chute et le relèvement de plusiers, et à devenir un signe qui provoquera la contradiction (Luc, 2 : 34).

Dès son enfance, Il a manifesté Son savoir élevé : à douze ans, il prêchait aux docteurs de la loi, révélant Sa Connaissance Divine. Il leur parlait avec une sagesse avancée. Il les laissait étonnés et en profonde réflexion, vu la sublimité élevée des enseignements que Ses répliques contenaient :

— En vérité, en vérité, Je vous le dis : celui qui écoute ma parole et croit à Celui qui m’a envoyé a la Vie Éternelle et ne vient pas en jugement, mais il est passé de la mort à la Vie (Jean, 5 : 24).

Cet Être extraordinaire qui est né sous l'expectative des millénaires, pour Lequel les Anges de la Milice Céleste ont entonné le

Gloire à Dieu dans les Hauteurs, et Paix sur la Terre aux Hommes de la Bonne Volonté de Dieu*2 (Luc, 2 : 14);

qui a secoué les bases de la société :

Il ne restera pas pierre sur pierre qui ne soit renversée (Matthieu, 24 : 2) ;

qui a admonesté les inattentifs :

Comme l’éclair, en effet, part de l’Orient et se montre jusqu’en Occident, ainsi sera l’avènement du Fils de Dieu (Matthieu, 24 : 27) ;

qui a avertit les oisifs :

Le Christ doit venir dans la gloire de son Père, avec Ses Anges, et alors Il rendra à chacun selon ses œuvres (Matthieu, 16 : 27) ;

qui fait trembler les orgueilleux et les jouisseurs :

Malheureux, vous qui riez maintenant ! Car vous connaîtrez le deuil et les larmes (Luc, 6 : 25) ;

qui a affronté les prétentieux et les arrogants du monde :

En vérité Je vous le dis, les publicains et les prostituées arriveront avant vous au Royaume de Dieu (Matthieu, 21 : 31) ;

mais qui a convoqué les jouisseurs effrénés à assumer leur responsabilité :

Comme les jours de Noé, ainsi sera l’avènement du Fils de Dieu (…) En ces jours qui précédèrent le déluge, les hommes mangeaient et buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche, et les gens ne se doutèrent de rien jusqu’à l’arrivée du déluge, qui les emporta tous. Tel sera aussi l’avènement du Fils de Dieu. Veillez et priez, car vous ne savez pas quand sera le jour ou l’heure. (Matthieu, 24 : 37 a 44, et Marc, 13 : 32 et 33) ;

qui a instruit les sages et les savants du monde :

Ma doctrine n'est pas de moi, mais de celui qui m'a envoyé. Si quelqu'un veut faire Sa volonté, il reconnaîtra si ma doctrine est de Dieu ou si Je parle de moi-même. Celui qui parle de lui-même cherche sa propre gloire ; mais celui qui cherche la gloire de celui qui l'a envoyé, celui-là est véridique et il n'y a point d’injustice en lui. (Jean, 7 : 16 à 18) ;

Et qui a enseigné aux apôtres et disciples ce qui constitue la grande aspiration des philosophes, et qu’Il n’a pas pu révéler à Pilate, car celui-ci ne pouvait le comprendre :

Sanctifie-les, Père, dans la Vérité, Ta Parole est la Vérité (Jean, 17 : 17) ;

qui a réconforté les désespérés :

Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et Je vous donnerai du repos. (Matthieu, 11 : 28) ;

qui a montré le chemin de la véritable libération :

— Vous connaîtrez la Vérité (de Dieu), et la Vérité (de Dieu) vous libérera (Jean, 8 : 32) ;

qui s’est éternisé dans l’Histoire, car il a élu domicile dans le cœur opprimés par la paix menaçante des hommes, lesquels, pour cela, souhaitent celle qui vient de Dieu ; donc, celle que le monde n’a pas à leur offrir (Jean, 14 : 27) ;

qui a dit encore, en mémoire du Prophète Osée (6 : 6) :

Je veux la miséricorde, et non l’holocauste (Matthieu, 9 : 13) ;

car sans miséricorde il n’y a pas de Paix ;

et qui a donné Sa vie pour nous tous, indistinctement, car Il a lui-même conseillé :

Si vous ne faites le bien qu’à ceux qui vous bénéficient, quelle divine récompense pouvez-vous mériter ?

Voulez-vous connaître Son nom ? Jésus !, le Christ Œcuménique, ipso facto, sans traces d’intolérance, car Il est Amour élevé à la énième puissance, pour notre rédemption !

La Clarté pérenne qui, venue sur le monde, illumine tous les Hommes (Jean, 1 : 9).

Se libérer, c'est avoir, par-des sus tout, discernement spirituel 

(...) La véritable libération de l’Être Humain et de son Esprit immortel sera celle fortifiée par la culture du respect mutuel, dont la richesse consiste en la pluralité d’idées en faveur de la Paix parmi tous. Elle viendra également par l’Instruction et l’Éducation, illuminées par le sens de la Spiritualité, qui est Amour et Justice, Science et Amour, pour toutes les ethnies. Se libérer, c’est avoir, par-dessus tout, le discernement spirituel, de préférence en syntonie avec cette incitative suggestion du Sublime Réformateur :

Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et Sa Justice, et toutes les choses matérielles vous seront ajoutées (Matthieu, 6 : 33).

En fait, d’une façon ou d’une autre, tout le monde reconnaît en Lui une personnalité unique. Son passage sur la planète a éloigné de l’orgueil le sentiment d’innombrables multitudes :

Qui veut devenir grand parmi vous, que ce soit celui qui vous sert ; et qui veut être le premier parmi vous, qu’il soit le servant de tous*3 (Marc, 10 : 43 et 44).

Que celui d’entre vous qui est sans péché jette le premier la pierre (Jean, 8 : 7).

Or, qui ne se trompe jamais en ce monde ?!...

Jésus s’est projeté dans l’Histoire pour nous enseigner, par Son propre exemple, un scénario idéal pour la Paix :

Aimez-vous comme Je vous ai aimés. Seulement ainsi tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples (Jean, 13 : 34 et 35).

Message aux croyants et aux athées 

Le message de ce Bienfaiteur Céleste va au-delà des religions, des idéologies, des ethnies. Il parle aux âmes de croyants et athées, et n’a rien à voir avec les excès de différentes générations qui se sont martyrisées au cours des siècles. Les Êtres Humains devraient l’étudier de façon œcuménique, détaillant Sa pensée éthique, sociale, économique, philosophique, politique et religieuse, singularisée par le geste de secourir, dans l’angoisse et le désespoir, les veuves et les orphelins, les assoiffés et les affamés, ceux qui sont nus, les malades et les prisonniers, du corps et de l’Âme (Matthieu, 25 : 34 à 40).

Notre hommage, donc, au Libérateur Divin, qui en premier lieu, nous libère de nous-mêmes, nous montrant le chemin de la Lumière Céleste. L’essence de Son Évangile, la Solidarité, émancipe les créatures de toutes les origines, vu qu’il nous transforme de l’intérieur vers l’extérieur :

Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître. Mais Je vous ai appelé amis, parce que tout ce que J'ai appris avec de mon Père, Je vous l'ai fait connaître (Jean, 15 : 15).

L'essence de la fraternité

Que la notion de Sa sagesse élevé puisse nous mener à mieux Le comprendre, pour mieux Le sentir dans Son énorme effort pour le rassemblement des peuples, de façon à ce qu’il vienne à se produire, dans l’essence de la Fraternité,

un seul Troupeau pour un seul Pasteur (João, 10 : 16),

qui est Dieu, ou, pour ceux qui ne croient pas en Lui, l’aspiration la plus souhaitée, qui nous manque tellement, pour qu’il y ait continuité de la vie sur la planète qui nous accueille. C’est l’harmonie de personnes mûres, formée par noirs, blancs, jaunes, métis, enfin, des Êtres Humains et Spirituels, car il n’existe qu’une race, la Race Universelle des Fils de Dieu. Après tout, depuis la monère, qui n’est pas métissé sur ce monde ?

Voici la plus urgente charité qu’Il nous offre en cette époque de tant d’égoïsme : pour nous libérer, nous devons libérer ; pour nous sauver, nous devons sauver. C’est la Loi de la Réciprocité [dont parlait également Confucius (551-479 av. J.-C.)] :

Ainsi, tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le vous-mêmes pour eux : voilà la Loi et les Prophètes (Matthieu, 7 : 12).

Vous êtes le sel de la Terre

Le Christ a encore dit :

Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel perd sa saveur, avec quoi la lui rendra-t-on ? Il n'est plus bon à rien qu'à être jeté dehors et foulé aux pieds par les gens.
Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée ; et on n'allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau, mais bien sur le lampadaire, où elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison.
Ainsi votre lumière doit-elle briller devant les hommes afin qu'ils voient vos bonnes oeuvres et glorifient votre Père qui est dans les cieux
(Matthieu, 5 : 13 à 16).

Alors que la mode pour certains est d’augmenter le fossé entre les créatures, l’acte de promouvoir les qualités de l’Esprit, ne permettant pas que le sel de la terre – qui est la parole de Paix de Notre Seigneur Jésus Christ – devienne insipide, est aussi une mesure de salvation générale. Car s’il n’existe plus aucune frontière pour le « capital souverain », de la même façon, tomberont les barrières qui empêchent l’avancée des conséquences de la misère dans laquelle vivent d’innombrables populations, sur les territoires de la richesse. Donc, souligner le côté appréciable de chacun et le développer en puissant instrument de transformation, y inclus économique, est devenue stratégie qui exige non seulement du talent, mais aussi de l’habileté, de l’énergie et la détermination pour l’exécuter. C’est pourquoi le Christ a également conseillé :

Soyez donc simples comme les colombes, et prudents comme les serpents. (…) Celui qui persévévera jusqu’à la fin sera sauvé (Matthieu, 10 : 16 et 22).

Il est cependant nécessaire de conclure que pour parcourir le chemin de la spiritualisation ne signifie pas être sot ou lâche, comme beaucoup de batailleurs courageux ont été et sont encore présents dans différents segments de la société. À tous, nos salutations.

Dans votre persistance, vous sauverez vos Âmes (Luc, 21 : 19).

Et, comme nous dit l’Apocalypse, 21 : 5 à 7, 22 : 21 :

Et Celui qui est assis sur le trône dit : Voici, Je fais toutes choses nouvelles. Puis il ajouta : Écris ; car ces paroles sont certaines et véritables.

Il m’a encore dit : C’est fait ! Je suis l’Alpha et l’Oméga, le Principe et la Fin. À celui qui a soif, Je donnerai de la source de l’eau de la Vie Éternelle.

Le vainqueur héritera ces choses, et Je serai son Dieu et lui sera mon fils. (…)

Que la grâce de Notre Seigneur Jésus Christ soit avec vous pour l’éternité. Amen.

________________________
*1 Paiva Netto se réfère aux commémorations de l’Histoire brésilienne : mai, le 13 mai 1888, la Princesse Isabel signe la « Lei Áurea » [abolition de l’esclavage] ; novembre, référence à Zumbi (neveu du roi Ganga Zumba), héros du Quilombo dos Palmares, au siècle 17. Après avoir résisté à plusieurs invasions, ayant été trahi, il a été encerclé par les troupes du mercenaire Domingos Jorge Velho, qu’il avait défait d'autres fois au passé, et a été mis à mort.
*2 Traduction du Père Matos Soares, édition de 1954 — Tip. Sociedade de Papelaria — Porto
*3 Certainement inspiré de la parole de Jésus, figurant dans l’Évangile selon Marc, 10 : 43 et 44, le philosophe et sociologue italien Pietro Ubaldi (1886-1972), dans La Grande Synthèse, a écrit : « Le commandement suprême est simplement la suprême obéissance ».

José de Paiva Netto est écrivain, journaliste, homme de radio, compositeur et poète. Il est né le 2 mars 1941, à Rio de Janeiro, Brésil. Il est président de la Légion de la Bonne Volonté (LBV) et membre effectif de l’Association Brésilienne de la Presse (ABI) et de l’Association Brésilienne de la Presse Internationale (ABI-Inter). Affilié à la Fédération Nationale des Journalistes (FENAJ), à l’International Federation of Journalists (IFJ), au Syndicat des Journalistes Professionnels de l’État de Rio de Janeiro, au Syndicat des Écrivains à Rio de Janeiro, au Syndicat des Professionnels de la Radio à Rio de Janeiro et à l’Union Brésilienne des Compositeurs (UBC). Il fait aussi partie de l’Academia de Letras do Brasil Central [Académie des Belles Lettres du Brésil Central]. C’est un auteur de référence internationale reconnu pour la conceptualisation et la défense de la cause de la Citoyenneté et de la Spiritualité Œcuméniques, qui, selon lui, constituent « le berceau des valeurs les plus généreuses qui naissent de lÂme, la demeure des émotions et du raisonnement éclairé par lintuition, lenvironnement qui englobe tout ce qui transcende le domaine vulgaire de la matière et vient de la sensibilité humaine sublimée, comme la Vérité, la Justice, la Miséricorde, lÉthique, lHonnêteté, la Générosité, l’Amour Fraternel. En bref, la constante mathématique qui harmonise l'équation de l'existence spirituelle, morale, mentale et humaine. Or, sans cette conscience que nous existons sur deux plans, et donc, pas seulement sur le plan physique, il nous est difficile d'atteindre la Société réellement solidaire, altruiste et œcuménique, car nous continuerons à ignorer que la connaissance de la Spiritualité supérieure élève la nature des êtres et les conduit, en conséquence, à construire une citoyenneté planétaire. ».