L’équilibre pour objectif

Le monde physique n’évoluera plus sans l’aide flagrante du Monde Spirituel. Tel est le grand enseignement que les nations apprendront au cours du Troisième Millénaire.

Le sens large de citoyenneté

Au cours de mes entretiens dans la série historique L’Apocalypse de Jésus pour les Simples de Cœur, proférés à l’improviste, d’octobre 1990 à 1992, par le Super Rede Boa Vontade de Rádio (Super Réseau Bonne Volonté de Radio) et par la Boa Vontade TV (TV Bonne Volonté), j’ai eu l’opportunité de faire des commentaires sur les transformations vraiment attendues par la société. À l’exemple du mûrissement croissant d’un Peuple, qui est en train de découvrir ses droits de citoyen, encore que tardivement, après tant d’années de la Révolution Française (1789), lui fera finalement conclure qu’aucun pays ne peut, en vérité, développer ses talents, s’il continue de subsister comme une vaste agglomération de seigneurs et d’esclaves, ou bien se referme comme une huître xénophobe, ou s’ouvre de façon téméraire, au point de perdre son identité, sa souveraineté. La compréhension des masses ira mûrissant jusqu’à ce qu’elles comprennent la valeur de la citoyenneté, dans son sens large, car il n’est pas suffisant de ne considérer le citoyen que dans son contexte physique, mais aussi dans le spirituel, vu que toute composante des groupes humains est, en résumé, constituée de corps et d’Âme. Finalement, nous sommes Esprit à l’origine. Voilà la signification complète de citoyenneté, qui ne peut admettre seulement l’analphabétisme des lettres humains, mais également l’ignorance des sujets spirituels. La méconnaissance de cette réalité, sur laquelle nous venons de discourir, favorise l’augmentation des actions causant la faim, le chômage, le sectarisme, l’idéal froidement individualiste, c’est-à-dire, égoïste, la promotion de la dérision de ceux qui souffrent dans la société, car richesse et pauvreté se trouvent à l’intérieur de l’Être Humain. Les extérioriser ou pas, dépend de la mentalité et de facteurs culturels (dans le futur, notamment spirituels), qui ont besoin d’être exercés. Cette situation n’affecte pas uniquement le Brésil, elle est mondiale : pendant des générations, on a offert aux enfants et aux jeunes rien de moins que des ordures. Ensuite, il y en a qui se surprennent du résultat obtenu par une si funeste semencière, la culture du crime, qui ne se plaît que dans le conflit entre les peuples, ou même au sein des familles, véritables guerres civiles non déclarées, de laquelle la jeunesse est la principale victime (Apocalypse, 8:7), et en cause tant d’autres dans toutes les classes. « Première Trompette — Le premier Ange sonna de la trompette. Et il y eut de la grêle et du feu mêlés de sang, qui furent jetés sur la terre ; et fut brûlé le tiers de la terre, et des arbres, et aussi tout le gazon vert (l’enfance et la jeunesse) ».

shutterstock

Il ne suffit pas de lever la vitre de la voiture. C’est du suicide de dévier son attention des faits.

Nous sommes maintenant corps, mais à l’origine nous sommes Esprit

Reprodução BV

Einstein

Arquivo BV

Alziro Zarur

Il est urgent de changer la mentalité qui intronise le délit comme exemple, l’exploitation comme but, l’apathie face à l’erreur comme une « bonne » accommodation de l’existence, pour que nous atteignions un ordre social juste, produit de l’action décisive de communautés efficaces, fraternellement combatives, et d’un gouvernement, quel qu’il soit, qui ait pour objectif ferme de faire progresser la population de son pays, avant qu’une grande partie de celle-ci ne soit décimée, ou presque, par la sous-nutrition physique ou mentale, par le désespoir qui lui désigne, souvent comme une solution, la violence. Toutefois, sous aucun prétexte, nous ne devons nous passer de l’aide magnanime des amis de l’éther suprême, d’où la Révolution Mondiale des Esprits de Lumière, que nous nommons, de façon appropriée, Anges Gardiens. D’ailleurs, en vérité, l’Esprit est concret, sans vouloir affirmer que le corps, son vêtement, doit être criminellement méprisé. Les plus anciens nous enseignent que « sac vide ne tient pas debout ». Ayons donc l’équilibre pour objectif. Cependant, l’Âme ne peut être en aucune façon méprisée, vu que, pour argumenter, nous pouvons dire – nous sommes maintenant corps, mais à l’origine nous sommes Esprit. La nation qui comprends et administre cette vérité, enthousiasmera et gouvernera le monde. La Science elle-même le proclamera. Après Einstein (1879-1955), où s’est cachée la matière ? Cela sera certainement la Grande Réforme de tous les concepts humains, car la Révolution Mondiale des Esprits est en marche, annoncée depuis 1953, par le regretté fondateur de LBV, Alziro Zarur (1914-1979), qui disait : « Le secret pour le gouvernement des peuples, en cette transition apocalyptique, est l’intégration de l’Humanité de la Terre avec l’Humanité du Ciel, évidemment, sous le critère du Nouveau Commandement du Christ, qui se trouve dans l’Évangile selon Jean, 13 : 34 et 35 : "Aimez-vous comme Je vous ai aimés. Seulement ainsi vous pourrez être reconnus comme mes disciples, si vous avez le même Amour les uns pour les autres” ».

L’autre face de la pièce de monnaie

Tela: Jacques Louis David (1748-1825)

Napoléon Bonaparte

L’autre face de la pièce de monnaie n’est pas du tout appréciable : la clameur du désespoir accumulé au cours de siècles, prestes à exploser. Cette méditation de Bonaparte (1769-1821), n’est pas sans propos : « Chaque heure perdue dans la jeunesse est une possibilité d’infortune dans l’âge adulte ».

Or, cela s’applique également aux nations qui naissent, croissent, deviennent mûres, lorsqu’elles cueilleront ce qu’elles auront planté dans les phases antérieures, si elles ne savent pas, plutôt que de l’honorer, sublimer leur patrimoine humain, social et spirituel. C’est là le défi à être vaincu sur le terrain de l’Éducation : celui d’allier l’instruction à la Spiritualité. J’ai la pleine certitude que l’Évangile et l’Apocalypse, loin des abominables fanatismes, nous offrent une structure éthique, psychique et spirituelle pour qu’advienne cette transmutation, dont le moment est arrivé, ou plus que cela, qui est urgentissime.

José de Paiva Netto est écrivain, journaliste, homme de radio, compositeur et poète. Il est né le 2 mars 1941, à Rio de Janeiro, Brésil. Il est président de la Légion de la Bonne Volonté (LBV) et membre effectif de l’Association Brésilienne de la Presse (ABI) et de l’Association Brésilienne de la Presse Internationale (ABI-Inter). Affilié à la Fédération Nationale des Journalistes (FENAJ), à l’International Federation of Journalists (IFJ), au Syndicat des Journalistes Professionnels de l’État de Rio de Janeiro, au Syndicat des Écrivains à Rio de Janeiro, au Syndicat des Professionnels de la Radio à Rio de Janeiro et à l’Union Brésilienne des Compositeurs (UBC). Il fait aussi partie de l’Academia de Letras do Brasil Central [Académie des Belles Lettres du Brésil Central]. C’est un auteur de référence internationale reconnu pour la conceptualisation et la défense de la cause de la Citoyenneté et de la Spiritualité Œcuméniques, qui, selon lui, constituent « le berceau des valeurs les plus généreuses qui naissent de lÂme, la demeure des émotions et du raisonnement éclairé par lintuition, lenvironnement qui englobe tout ce qui transcende le domaine vulgaire de la matière et vient de la sensibilité humaine sublimée, comme la Vérité, la Justice, la Miséricorde, lÉthique, lHonnêteté, la Générosité, l’Amour Fraternel. En bref, la constante mathématique qui harmonise l'équation de l'existence spirituelle, morale, mentale et humaine. Or, sans cette conscience que nous existons sur deux plans, et donc, pas seulement sur le plan physique, il nous est difficile d'atteindre la Société réellement solidaire, altruiste et œcuménique, car nous continuerons à ignorer que la connaissance de la Spiritualité supérieure élève la nature des êtres et les conduit, en conséquence, à construire une citoyenneté planétaire. ».