Le péril est réel

Arquivo LBV

Pape Jean-Paul II

Le risque d'une troisième Guerre Mondiale n'est pas illusoire. La paix n'est guère plus qu’une figure de rhétorique. Dans une grande partie de l’Histoire humaine, la période au cours de laquelle elle a prévalu est infime. Si tant est qu’il y ait eu une véritable paix dans ce monde... Ce n’est que dans l'Âme de certains bienheureux qu’elle a réussi à demeurer. (...) C’est certainement pourquoi le pape Jean-Paul II (1920-2005) a averti dans une allocution mémorable, dans les années 1980, que « le péril est réel ».

Voltaire

La concorde entre les personnes religieuses est la première qui doit être conquise. La paix des consciences des êtres terrestres, générée par une nouvelle posture universaliste, œcuménique, parce qu’elle est hautement fraternelle, favorise la paix sociale, la paix entre les institutions et la paix souhaitée dans le monde, sous la protection du Père céleste, le plus grand diplomate de l'histoire de cette Planète, nonobstant notre mauvais usage récurrent du libre arbitre. Pour ceux qui se moquent de cette réalité, un petit rappel du sceptique Voltaire (1694-1778) : « Si Dieu n'existait pas, il faudrait l'inventer ».​

John Kennedy et la paix

John Kennedy

De nombreuses nations ne sont pas directement impliquées dans les conflits armés qui frappent ce globe, mais tous souffrent de l'oppression de la peur ou de la misère, par la violence des armes nouvelles ou le détournement massif des fonds vers l'industrie de la mort, au détriment de l'instruction, l'éducation, la spiritualisation, l’alimentation et la santé des peuples. La guerre nous affecte donc tous en ces temps de communication rapide et de tempêtes d’informations, nous menaçant avec ses foudres et ses éclairs d’un court-circuit dans notre cerveau. C’est pourquoi j’inclus, dans ce débat sans prétention avec Vous, la pensée de John Fitzgerald Kennedy (1917-1963) : « Les armes ne suffisent pas à elles seules à maintenir la paix. Elle doit être protégée par les hommes (...). La simple absence de guerre n'est pas la paix ».​

La Terre ne connaîtra la paix que lorsqu’elle vivra l'amour spirituel et saura reconnaître la vérité divine. Mais la divine vérité d'un Dieu qui est Amour, et non celle d’un être brutal et vindicatif, inventé par la folie humaine.

Pour édifier la Paix

Dans la revue Globalisation de l’Amour Fraternel (en portugais, anglais, français, espéranto, allemand, espagnol et italien), remise par la Légion de la Bonne Volonté aux chefs d'État et autres délégations présentes au Débat de haut niveau 2007 au siège de l'ONU à Genève, Suisse, j’ai rapporté de mon livre Reflexões da Alma [Réflexions de l'Âme], un extrait notable du préambule de la Constitution de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture – UNESCO, adoptée le 16 novembre 1945, considérant l'autre voie pour l'humanité étant celle de la destruction : « les guerres prenant naissance dans l’esprit des hommes, c’est dans l’esprit des hommes que doivent être élevées les défenses de la paix ».

Il est essentiel de mettre en avant les propositions et les actions d’une véritable entente. Une route différente sera pour les peuples une pilule amère.

Pour cela même, ne perdons pas espoir. Persévérons dans le travail pour un monde meilleur et une humanité plus heureuse. Voilà la direction de la victoire. Et ce n'est pas un argument simpliste. 

José de Paiva Netto est écrivain, journaliste, homme de radio, compositeur et poète. Il est président de la Légion de la Bonne Volonté (LBV) et membre effectif de l’Association Brésilienne de la Presse (ABI) et de l’Association Brésilienne de la Presse Internationale (ABI-Inter). Affilié à la Fédération Nationale des Journalistes (FENAJ), à l’International Federation of Journalists (IFJ), au Syndicat des Journalistes Professionnels de l’État de Rio de Janeiro, au Syndicat des Écrivains à Rio de Janeiro, au Syndicat des Professionnels de la Radio à Rio de Janeiro et à l’Union Brésilienne des Compositeurs (UBC). Il fait aussi partie de l’Academia de Letras do Brasil Central [Académie des Belles Lettres du Brésil Central]. C’est un auteur de référence internationale reconnu pour la conceptualisation et la défense de la cause de la Citoyenneté et de la Spiritualité Œcuméniques, qui, selon lui, constituent « le berceau des valeurs les plus généreuses qui naissent de l’Âme, la demeure des émotions et du raisonnement éclairé par l’intuition, l’environnement qui englobe tout ce qui transcende le domaine vulgaire de la matière et vient de la sensibilité humaine sublimée, comme la Vérité, la Justice, la Miséricorde, l’Éthique, l’Honnêteté, l’Amour Fraternel ».