Aimer est une Prière

Source : Réflexion de Bonne Volonté extraite du magazine BONNE VOLONTÉ, publiée en septembre 2004.
Reprodução BV

La Prière n’est pas le refuge des lâches ou des oisifs. Elle nous élève, le travail nous épanouit. Le Pape prie, le Dalaï-Lama médite, Chico Xavier (1910-2002) priait, les rabbins entonnent leurs supplications, les évangéliques chantent leurs louanges à Dieu, les islamistes récitent le Coran Sacré... Qu’est-ce que la Prière sinon l’Amour qui se met à disposition pour de grandes actions ? Un frère athée, lorsqu’il médite et pratique un acte qui bénéficie à la communauté, prie. Dans Crônicas e Entrevistas [Chroniques et entretiens] (2000), j’ai écrit que la prière et la méditation se ressemblent. La prière n’est pas une simple action figurative. C’est l’instrument le plus fort que possède l’essence humaine, le Capital Divin. Le moine allemand Thomas a Kempis (env. 1380-1471) a écrit dans L’Imitation de Jésus-Christ : « L’art de parler à Dieu est sublime ».

Vivian R. Ferreira

Pour éviter que les nations ne vomissent

En ces temps de mondialisation, où de nombreuses frontières tombent de préférence sur la tête des populations les plus pauvres, les peuples cherchent un chemin sûr pour l’existence, gouvernée par des forces discordantes. Ce n’est pas toujours le meilleur de tous les destins qui leur est offert. Et l’histoire se répète dans une somme de tromperies qui peuvent déboucher sur un mouvement incontrôlable des masses. Les nations vomissent aussi.

Ils cherchent alors du courage pour leur douleur dans la violence ou l’Invisible. Cependant, comme beaucoup se sont habitués à une vision restrictive du Pouvoir Spirituel, ils élèvent souvent leurs prières vers un dieu anthropomorphe, qui ne leur répond pas, parce qu’il n’existe pas. Et là, ils sont frustrés.

Arquivo BV

Karl Marx

Je crois que même Karl Marx (1818-1883) prononcerait une prière, comme un puissant outil psychique pour le renforcement de l’esprit et un facteur de stabilité face aux drames personnels et familiaux, auxquels nous sommes tous confrontés. Malgré la conviction de certains, le créateur du marxisme était aussi un être humain, à sa manière, préoccupé par les problèmes sociaux. L’auteur polémique du Capital méditait certainement sur ses idéaux. Qu’il le sache ou non, dans un certain sens, il priait.

José de Paiva Netto est écrivain, journaliste, homme de radio, compositeur et poète. Il est né le 2 mars 1941, à Rio de Janeiro, Brésil. Il est président de la Légion de la Bonne Volonté (LBV) et membre effectif de l’Association Brésilienne de la Presse (ABI) et de l’Association Brésilienne de la Presse Internationale (ABI-Inter). Affilié à la Fédération Nationale des Journalistes (FENAJ), à l’International Federation of Journalists (IFJ), au Syndicat des Journalistes Professionnels de l’État de Rio de Janeiro, au Syndicat des Écrivains à Rio de Janeiro, au Syndicat des Professionnels de la Radio à Rio de Janeiro et à l’Union Brésilienne des Compositeurs (UBC). Il fait aussi partie de l’Academia de Letras do Brasil Central [Académie des Belles Lettres du Brésil Central]. C’est un auteur de référence internationale reconnu pour la conceptualisation et la défense de la cause de la Citoyenneté et de la Spiritualité Œcuméniques, qui, selon lui, constituent « le berceau des valeurs les plus généreuses qui naissent de lÂme, la demeure des émotions et du raisonnement éclairé par lintuition, lenvironnement qui englobe tout ce qui transcende le domaine vulgaire de la matière et vient de la sensibilité humaine sublimée, comme la Vérité, la Justice, la Miséricorde, lÉthique, lHonnêteté, la Générosité, l’Amour Fraternel. En bref, la constante mathématique qui harmonise l'équation de l'existence spirituelle, morale, mentale et humaine. Or, sans cette conscience que nous existons sur deux plans, et donc, pas seulement sur le plan physique, il nous est difficile d'atteindre la Société réellement solidaire, altruiste et œcuménique, car nous continuerons à ignorer que la connaissance de la Spiritualité supérieure élève la nature des êtres et les conduit, en conséquence, à construire une citoyenneté planétaire. ».