« Il est temps de commencer »

Arquivo BV

Alziro Zarur et médium Mme Emília Ribeiro de Mello

Le 6 Janvier 1948 (Jour de l’Épiphanie), ont été semées les graines de la Légion de la Bonne Volonté — officiellement fondée le 1er Janvier 1950. Alziro Zarur (1914-1979), journaliste et homme de radio, l'un des plus grands noms de la radiodiffusion brésilienne à l'époque, alors qu'il assistait à une réunion spirituelle dans la ville de Rio de Janeiro, au Brésil, à l'invitation d'amis, a reçu par l’intermédiaire de la respectable médium Mme Emília Ribeiro de Mello, un message qui allait changer son destin et, à partir de là, celui de millions de personnes ayant besoin d’un soutien spirituel et humain : « Mon frère, Saint François d'Assise était tout le temps ici à vos côtés et il me demande de vous dire qu'il est temps de commencer ce qui a été combiné ».

Tela: Antonio Carnicero Mancio (1748-1814)

Título da obra: São Francisco pregando aos pássaros.

« I Fioretti »

Zarur raconte qu’il vivait à l'époque avec sa mère, Mme Ássima dans le quartier Engenho de Dentro, à Rio de Janeiro, dont il a gardé de bons souvenirs. Il y allait en tramway – ligne Piedade, 77 – de type Bataclan. Alors, cette nuit-là, après la réunion spirituelle, il était près de 23 heures, il est parti en pensant ainsi : « Mon Dieu ! J'ai trois mille livres, et il m’en manque un sur Saint François d'Assise ! Comment est-ce possible ?! (...) Eh bien, quand je suis arrivé chez moi, tout le monde dormait. Je suis allé à ma bibliothèque et j’ai commencé à examiner mes livres un par un. Soudain, je vois un volume blanc. Je me suis dit alors : Quel est ce livre ? Lorsque je l’ai retiré, était écrit "I Fioretti", de François d’Assise. Mais quand je l'ai ouvert, à ma plus grande surprise, il y avait inscrit : "Alziro Zarur, 1933" avec mon écriture. Voyez comme cela est étonnant ! J'avais acheté ce livre, et il était resté pendant quinze ans, à attendre que je sois [spirituellement] appelé. Voyez comme c’est miraculeux ! Comme tout est déjà écrit ! (...) À 6 heures du matin, j'avais fini de le lire. Il m’avait fallu six heures absorbant toute mon attention. Mais quand j'ai fini de lire l'œuvre de notre Patron, je me suis rappelé clairement le traité établi Là-Haut. Ce qui avait été combiné, c’était la LBV, c’était la Religion du Nouveau Commandement, comme dénominateur commun des Religions Fraternelles. C’est pourquoi j’ai commencé ma prédication exactement avec cette thèse : il ne peut y avoir de Paix dans le monde si les religions n’ont pas de Bonne Volonté entre elles ».

Le TÉMOIGNAGE DE CHICO ANYSIO

Clayton Ferreira

Chico Anysio

Une personnalité brésilienne, entre autres, a été témoin de la transformation qui s'est produite chez Zarur. Chico Anysio (1931-2012), acteur consacré, humoriste, écrivain et peintre brésilien. Dans une interview au Super Réseau de Communication Bonne Volonté, il a révélé : « Je fais aussi partie du groupe très sélect de personnes à qui Alziro Zarur a parlé pour la première fois de la Légion de la Bonne Volonté. J'étais acteur à la radio Mayrink Veiga, j’avais déjà quitté la radio Guanabara. Notre directeur pour le théâtre radiophonique était Zarur. Ce jour-là, nous avions une répétition d’un chapitre du feuilleton, il devait être environ six heures et demie quand il est arrivé, en disant qu'il avait reçu un message divin. (...) Et personne ne s’est moqué de lui.

Divulgação

L'acteur Urbano Lóes.

Tout le monde a réalisé qu'il y avait une grande vérité en lui, parce que Zarur était une personne très sérieuse, très solide (...). Et il était sous forte tension. Il n’a pas pu diriger la répétition. C’est Urbano Lóes (1917-1980) qui l’a fait. Après la répétition, nous sommes tous allés voir comment il allait, tout le monde aimait Zarur. Mais tout le monde s'est rendu compte qu’il y avait quelque chose de plus qu’une simple nécessité médicale. Une lumière brillait à l'intérieur de lui (...). Par la suite, il s’est transformé. Et j’ai été donc le premier à le savoir ».

Ces faits nous invitent à réfléchir sur l'action de la Spiritualité dans notre vie.

José de Paiva Netto est écrivain, journaliste, homme de radio, compositeur et poète. Il est né le 2 mars 1941, à Rio de Janeiro, Brésil. Il est président de la Légion de la Bonne Volonté (LBV) et membre effectif de l’Association Brésilienne de la Presse (ABI) et de l’Association Brésilienne de la Presse Internationale (ABI-Inter). Affilié à la Fédération Nationale des Journalistes (FENAJ), à l’International Federation of Journalists (IFJ), au Syndicat des Journalistes Professionnels de l’État de Rio de Janeiro, au Syndicat des Écrivains à Rio de Janeiro, au Syndicat des Professionnels de la Radio à Rio de Janeiro et à l’Union Brésilienne des Compositeurs (UBC). Il fait aussi partie de l’Academia de Letras do Brasil Central [Académie des Belles Lettres du Brésil Central]. C’est un auteur de référence internationale reconnu pour la conceptualisation et la défense de la cause de la Citoyenneté et de la Spiritualité Œcuméniques, qui, selon lui, constituent « le berceau des valeurs les plus généreuses qui naissent de lÂme, la demeure des émotions et du raisonnement éclairé par lintuition, lenvironnement qui englobe tout ce qui transcende le domaine vulgaire de la matière et vient de la sensibilité humaine sublimée, comme la Vérité, la Justice, la Miséricorde, lÉthique, lHonnêteté, la Générosité, l’Amour Fraternel. En bref, la constante mathématique qui harmonise l'équation de l'existence spirituelle, morale, mentale et humaine. Or, sans cette conscience que nous existons sur deux plans, et donc, pas seulement sur le plan physique, il nous est difficile d'atteindre la Société réellement solidaire, altruiste et œcuménique, car nous continuerons à ignorer que la connaissance de la Spiritualité supérieure élève la nature des êtres et les conduit, en conséquence, à construire une citoyenneté planétaire. ».