La dépendance virtuelle

S’il existe une chose que nous pouvons nommer révolution dynamique – celle qui non seulement inaugure une nouvelle étape dans le développement de la société, mais se renouvelle aussi en permanence – c’est bien la technologie. Ce qui est lancé aujourd’hui sur le marché comme étant de dernière génération devient donc vite dépassé.

Des avancées constantes en cybernétique ont déclenché des améliorations dans divers domaines de l’activité humaine. L’internet est l’un des piliers de ce système sans fin, et de plus en plus de personnes ont accès au monde virtuel.

shutterstock

Un Univers Séducteur

La recherche du savoir, des loisirs (games, tchat et réseaux sociaux), des facilités comme la réalisation d’opérations bancaires dans le confort de sa maison, du bureau ou d’un cybercafé, en un clic de souris, sont certains des bénéfices que permet le réseau mondial d’ordinateurs. Nous assistons à travers le monde à des épisodes où les ressources de l’internet sont utilisées jusque dans l’accélération des changements gouvernementaux. Néanmoins, l’utilisation de ces moyens sans faire l’usage de bon sens peut provoquer d’immenses dégâts. L’un d’eux est ce que les spécialistes appellent les cyberdépendants, cyberaddicts. Il s’agit d’internautes présentant un comportement compulsif ou une dépendance vis-à-vis de l’internet. Des savants la considèrent comme l’une des plus graves maladies psychiques actuelles. L’internaute compulsif a aussi tendance à développer des maladies, comme la thrombose veineuse profonde, l’anxiété, la dépression et l’obésité. Sans compter les funestes résultats de ceux qui n’arrivent pas à se livrer de la toile virtuelle dans le domaine affectif, familial et professionnel.

Shutterstock

Ce sont des dangers auxquels tous sont exposés, en particulier les adolescents. Les jeunes se trouvent dans une phase de découverte de leur propre identité. Beaucoup cherchent dans les réseaux sociaux leur « bande » et, quand dépassent la limite de l’auto-affirmation, ils sont confrontés à la dépendance digitale, qui réduit leur vie à un univers virtuel séducteur.

Le Traitement

Dans la majorité des cas, la cure se résume, selon les spécialistes, à l’éloigner le cyberdépendant du contact avec l’ordinateur, en créant des habitudes nouvelles et agréables. Pour beaucoup de psychologues, cependant, il ne suffit pas d’interdire, car selon le degré de dépendance, il peut l’échanger pour les drogues. Ce type de situations requiert un psychothérapeute, professionnel habilité qui aidera le patient à trouver les raisons qui l’ont conduit à l’addiction et à rechercher des alternatives pour la solution du problème.

Au Brésil, l’Hôpital Universitaire de la Faculté de Médecine de l’Université de São Paulo est l’une des institutions qui développent un traitement pour cette maladie. De plus amples informations peuvent être obtenues sur le site www.dependenciadeinternet.com.br (en portugais).

Ne méprisons pas non plus les ressources de la prière. La prière sincère de celui qui désire se soigner ou de celui qui veut aider celui qui en a besoin peut produire de véritables miracles. Jésus, dans Son Évangile selon Matthieu, 7 : 7 à 11 et selon Luc 12 : 6, nous confirme cet espoir : «— Demandez, et l’on Dieu vous donnera. Dieu n’est pas même indifférent à la mort d’un passereau. Lequel de vous donnera une pierre à son fils, s'il lui demande du pain ? Ou encore, s'il demande un poisson, lui remettra-t-il un serpent? Si donc, méchants comme vous l'êtes, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, à combien plus forte raison votre Père qui est dans les cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent ».

Le progrès est ce à quoi nous aspirons tous, mais pour l’utiliser réellement en faveur de l’Humanité.

Tela: James Tissot (1836-1902)

Detalhe da obra: O cego de Cafarnaum.

La Santé de L’Âme

Mes salutations à l’économiste Paulo Azor, que je remercie de m’avoir adressé cette page très intéressante où sont mises en relief les spécialités médicales de Jésus dans les innombrables miracles qu’Il a réalisé, conformément au récit des Évangélistes dans la Bonne Nouvelle du Christ Œcuménique. Le texte est attribué à un discours des diplômés de Médecine de l’Université Catholique Pontificale, du Paraná, Brésil (PUC-PR/2010). En voici un extrait : « Le traitement qu’Il offre est plus que la cure d’une maladie physique, c’est une vie de paix et de joie ici sur la Terre, plus une éternité entière au Ciel à ses côtés ».

Jésus personnifie la Divine Charité mise à disposition de tous. Celui qui en bénéficie gagne, d’abord, la santé de l’Âme.

José de Paiva Netto est écrivain, journaliste, homme de radio, compositeur et poète. Il est président de la Légion de la Bonne Volonté (LBV) et membre effectif de l’Association Brésilienne de la Presse (ABI) et de l’Association Brésilienne de la Presse Internationale (ABI-Inter). Affilié à la Fédération Nationale des Journalistes (FENAJ), à l’International Federation of Journalists (IFJ), au Syndicat des Journalistes Professionnels de l’État de Rio de Janeiro, au Syndicat des Écrivains à Rio de Janeiro, au Syndicat des Professionnels de la Radio à Rio de Janeiro et à l’Union Brésilienne des Compositeurs (UBC). Il fait aussi partie de l’Academia de Letras do Brasil Central [Académie des Belles Lettres du Brésil Central]. C’est un auteur de référence internationale reconnu pour la conceptualisation et la défense de la cause de la Citoyenneté et de la Spiritualité Œcuméniques, qui, selon lui, constituent « le berceau des valeurs les plus généreuses qui naissent de l’Âme, la demeure des émotions et du raisonnement éclairé par l’intuition, l’environnement qui englobe tout ce qui transcende le domaine vulgaire de la matière et vient de la sensibilité humaine sublimée, comme la Vérité, la Justice, la Miséricorde, l’Éthique, l’Honnêteté, l’Amour Fraternel ».