Développement durable et rééducation

Le monde entier parle de développement durable, mais il est fondé sur quoi ? En général, sur une pensée économique qui survit à travers l’avidité, en liquidant non seulement les créatures humaines en raison du chômage, de la faim dans plusieurs régions de la planète, mais aussi à travers le manque d'instruction qui nie de meilleures perspectives pour la jeunesse. Cependant, il existe partout des efforts de gens décidés à corriger cette situation, qui entrave la croissance de nombreux pays. Et il ne suffit pas d’instruire, il faut éduquer, rééduquer ! Dans de nombreux endroits où l'économie est devenue plus forte, après un certain temps, en raison du manque d'investissement dans les principes éthiques et spirituels, la violence, qui avait diminué, refait surface, issue souvent de l'arrogance envers ceux qui ont moins à l’intérieur de leurs frontières ou hors d'elles. On atteint alors les relations internationales. Pourquoi ? Parce qu'il n'y a pas eu d'enseignement et, bien plus encore, de Rééducation qui est l'Éducation basée sur la Spiritualité Œcuménique.

Arquivo BV

Confucius

Les actions humaines reflètent souvent une culture dans laquelle l'avenir dépend uniquement des choses que l’on peut toucher, retenir. Mais, et s’il y avait quelque chose au-delà ? Il est important que nous priorisions l'Esprit, que nous sommes avant tout, qui attend d’être éclairé, illuminé par la Vérité et par l'Amour. Une formule dont le résultat est la Justice élevée, celle qui atteindra l'efficacité d'être, comme le disait Confucius, « le châtiment pour mettre fin au châtiment ». C'est-à-dire, qui corrige la créature en la libérant de ses erreurs et en la conduisant sur le bon chemin. La Rééducation est donc un choix qui nous rend plus réceptifs au soutien céleste parce que le gouvernement de la Terre commence au Ciel.

Vivian R. Ferreira
Divulgação

Marco Antonio Azkoul

Ces mots viennent de quelques thèmes que j'ai développés avec les jeunes le 24/11/2009. Lorsqu’ils ont été diffusés à l’antenne du Super Réseau Radiophonique Bonne Volonté (à Brasilia, 1210 kHz AM), ils ont attiré l'attention du professeur Marco Antonio Azkoul, auditeur de nos programmes. Selon lui, « (ces paroles) sont vraiment providentielles pour la prévalence du fondamental sur l'accessoire, c'est-à-dire, de l'Esprit sur la 
matière ».

José de Paiva Netto est écrivain, journaliste, homme de radio, compositeur et poète. Il est président de la Légion de la Bonne Volonté (LBV) et membre effectif de l’Association Brésilienne de la Presse (ABI) et de l’Association Brésilienne de la Presse Internationale (ABI-Inter). Affilié à la Fédération Nationale des Journalistes (FENAJ), à l’International Federation of Journalists (IFJ), au Syndicat des Journalistes Professionnels de l’État de Rio de Janeiro, au Syndicat des Écrivains à Rio de Janeiro, au Syndicat des Professionnels de la Radio à Rio de Janeiro et à l’Union Brésilienne des Compositeurs (UBC). Il fait aussi partie de l’Academia de Letras do Brasil Central [Académie des Belles Lettres du Brésil Central]. C’est un auteur de référence internationale reconnu pour la conceptualisation et la défense de la cause de la Citoyenneté et de la Spiritualité Œcuméniques, qui, selon lui, constituent « le berceau des valeurs les plus généreuses qui naissent de l’Âme, la demeure des émotions et du raisonnement éclairé par l’intuition, l’environnement qui englobe tout ce qui transcende le domaine vulgaire de la matière et vient de la sensibilité humaine sublimée, comme la Vérité, la Justice, la Miséricorde, l’Éthique, l’Honnêteté, l’Amour Fraternel ».