La couche d’ozone et les fléaux de l’Apocalypse

Alors que je faisais ici des commentaires sur la couche d'ozone de la planète, j’ai promis de revenir sur le sujet, intrinsèquement lié à notre survie. Et je commence en citant un extrait du reportage de Agência Estado, signé par Jamil Chade :

« D'après l'ONU, l'agence spatiale américaine (Nasa) et trois cents scientifiques du monde entier, la couche qui protège la vie sur Terre des niveaux nocifs du rayonnement ultraviolet a cessé de diminuer, mais elle n’a pas commencé à se recomposer. L'étude a montré que les gaz qui ont provoqué la perte de la couche d'ozone ont réussi à être remplacés. Mais les produits qui sont utilisés à leur place pourront avoir un impact plus intense sur le changement climatique si on ne procède à aucun contrôle ».

shutterstock

Une nouvelle encourageante qui méritera certainement d'autres études et analyses des experts en la matière. Nous suivons les événements sans perdre de vue qu'il reste encore beaucoup à faire pour être à l'abri de ce tourment.

Les sept fléaux et l'action humaine
Tela: Sátyro Marques (1935-2019)

Título da obra: O segundo flagelo.

L'attention de mes lecteurs a été attirée par la similitude du message de l'Apocalypse de Jésus, dans le Quatrième Fléau, 16 : 8 et 9, avec la question qui nous occupe : « Et le quatrième ange versa sa coupe sur le soleil, et il lui fut donné de brûler les hommes par le feu. Et les hommes furent brûlés par une grande chaleur, et ils blasphémèrent le nom de Dieu, qui a l’autorité sur ces plaies ; et ils ne se repentirent point pour lui donner gloire. » Un langage prophétique de presque deux mille ans qui en dit long sur les temps actuels. En dépit de la connaissance qu'ils ont des effets nocifs d'une surexposition au soleil, certains ne le reconnaissent pas (ce qui signifie "grincer des dents contre Dieu") et se retrouvent parmi ceux qui pourront développer, par exemple, un cancer de la peau, la cataracte ou d'autres maladies.

Les alertes du Créateur Suprême

Je soumets à cette occasion un extrait d’une analyse des sept fléaux faite à l’improviste à la radio, en 1991, dans la série « L'Institution des Diacres », que j'ai présentée dans les cours de l’Apocalypse de Jésus pour les Simples de Cœur :

Tela: Rembrandt (1606-1669)

Paul

(...) Un mentor des Clartés Divines nous a averti que — « Si les semailles sont libres, la récolte est obligatoire ». Ainsi nous comprenons la raison des sept fléaux, cités dans les chapitres 15 et 16 de l'Apocalypse. Il s'agit de la moisson des semailles irresponsables. L'apôtre Paul a conseillé, dans son épître aux Galates, 6 : 7 : « Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu'un homme aura semé, il le moissonnera aussi. »

Tela: Cristóbal García Salmerón (1603-1666)

Jean

Passons au premier verset du chapitre 15 de l'Apocalypse de Jésus selon Jean — Les Sept Fléaux : « Puis je vis dans le ciel un autre signe, grand et admirable : sept Anges, qui tenaient sept fléaux, les derniers, car par eux s'accomplit la colère de Dieu. »

Un signe du ciel est déjà quelque chose d'extrêmement significatif. Mais Jean s'empresse de souligner que cet autre signe est grand et merveilleux. C'est comme pour attirer notre attention sur le fait que nous ne pouvons pas avancer distraitement face à ce qui pourrait nous arriver, car la manifestation céleste est réellement grandiose, vraiment admirable : rien de moins que Sept Anges apportant Sept Fléaux, qui étaient les derniers de la série de choses graves — pourquoi ne pas dire terribles ? — que nous, les Êtres Humains, fomentons depuis des millénaires, comme les dommages causés à la couche d'ozone, beaucoup plus préjudiciables que ce que l'Humanité inattentive peut imaginer, en particulier les jeunes, qui ont tant d'espoir en l'avenir, mais sont pour la plupart oublieux des avertissements de notre Créateur Suprême.

L'exemple du toit

Pour illustrer cette réalité vraiment apocalyptique, créée par des hommes et non par Dieu, c'est comme si, à la légère, nous avions démoli le toit de notre maison et exposé aux intempéries notre famille, et nous-mêmes, dans un climat déjà touché par l'irresponsabilité d'êtres cupides. Sauf que l’"averse" qui tombe du Cosmos, et qui traverse du toit du sommet atmosphérique de la Terre, laisse passer des choses bien pires que la pluie, même quand elle est acide. Voilà quelque chose de l'action des Sept Fléaux causés par notre négligence, qui renforce la validité des alertes divines contenues dans le Livre des Prophéties Finales. Nous en avons un exemple dans la description du Septième Fléau, au verset 21 du chapitre 16 de l'Apocalypse : « Et des grêlons énormes, pouvant peser un talent, tombèrent du ciel sur les hommes ; et les hommes blasphémèrent Dieu à cause du fléau de la grêle, parce que ce fléau [causé par les Êtres Humains] était très grand. »

Nous devons, par conséquent, en nous livrant de la peur de l'Apocalypse, dévoiler tranquillement ses mises en garde, alors qu'il en est encore temps, et avoir la sagesse de défendre nos vies, parce que l'espoir est infini. (...)

Inspiré par le Christ, j’ai affirmé : l’Être Humain grandit de préférence lorsqu'il est défié par les problèmes de l'existence. Donc, avec les pensées élevées vers l’éducateur divin, je viens vous rappeler que c'est dans les moments de crise qui se forgent les grands caractères et que surgissent les nations les plus puissantes. Lorsque nous sommes intégrés en Dieu, les difficultés ne vont que nous faire grandir. Elles nous apprennent à nous battre avec succès.

José de Paiva Netto est écrivain, journaliste, homme de radio, compositeur et poète. Il est né le 2 mars 1941, à Rio de Janeiro, Brésil. Il est président de la Légion de la Bonne Volonté (LBV) et membre effectif de l’Association Brésilienne de la Presse (ABI) et de l’Association Brésilienne de la Presse Internationale (ABI-Inter). Affilié à la Fédération Nationale des Journalistes (FENAJ), à l’International Federation of Journalists (IFJ), au Syndicat des Journalistes Professionnels de l’État de Rio de Janeiro, au Syndicat des Écrivains à Rio de Janeiro, au Syndicat des Professionnels de la Radio à Rio de Janeiro et à l’Union Brésilienne des Compositeurs (UBC). Il fait aussi partie de l’Academia de Letras do Brasil Central [Académie des Belles Lettres du Brésil Central]. C’est un auteur de référence internationale reconnu pour la conceptualisation et la défense de la cause de la Citoyenneté et de la Spiritualité Œcuméniques, qui, selon lui, constituent « le berceau des valeurs les plus généreuses qui naissent de lÂme, la demeure des émotions et du raisonnement éclairé par lintuition, lenvironnement qui englobe tout ce qui transcende le domaine vulgaire de la matière et vient de la sensibilité humaine sublimée, comme la Vérité, la Justice, la Miséricorde, lÉthique, lHonnêteté, la Générosité, l’Amour Fraternel. En bref, la constante mathématique qui harmonise l'équation de l'existence spirituelle, morale, mentale et humaine. Or, sans cette conscience que nous existons sur deux plans, et donc, pas seulement sur le plan physique, il nous est difficile d'atteindre la Société réellement solidaire, altruiste et œcuménique, car nous continuerons à ignorer que la connaissance de la Spiritualité supérieure élève la nature des êtres et les conduit, en conséquence, à construire une citoyenneté planétaire. ».