La Légion de la Bonne Volonté et l’Idéologie du Bon Samaritain

Une belle leçon du Christ

Mes Amis et mes Frères, le 1er janvier 1950, Journée de la Fraternisation Universelle, la Légion de la Bonne Volonté (LBV) a surgi sur la face de la Terre sous l’inspiration et les auspices des paroles et exemples de Notre Seigneur Jésus Christ. Son fondement primordial est contenu dans l’Évangile-Apocalypse du Céleste Orienteur.

Tela: Mathieu Ignace Van Brée (1773-1839)

Et, alors que pointent les premiers rayons de cette nouvelle année, quand la LBV conclut une autre année d’une fructueuse existence, j’exprime ma satisfaction pérenne de voir, latente au sein du peuple, sa présence marquante, contribuant au développement durable de la société brésilienne avec son influence bénéfique dans le domaine de l’Éducation avec Spiritualité et son croissant élargissement à travers le monde.

La LBV est aussi Communication

Arquivo BV

Alziro Zarur

François d’Assise

À cette date historique pour ceux de Bonne Volonté, une fois de plus je me souviens nettement de ce matin du 29 juin 1956 quand j’ai entendu à la Radio Tamoyo, de Rio de Janeiro, Alziro Zarur (1914-1979) parler de la mission de la LBV pour l’aide aux humbles et la préparation des chemins du Retour Triomphal du Christ de Dieu. À cette époque, on était en pleine agitation de la campagne pour l’achat de la Station de la Bonne Volonté (l’ancienne Mondiale), qui a fini par être achetée. Et quant à préparer le retour du Divin Maître — comme L’appelait Saint François d’Assise (1181-1226), Patron de la LBV — c’est aussi proclamer incessamment Son Évangile-Apocalypse en Esprit et Vérité, c’est-à-dire, non « au pied de la lettre »*1, ce qui peut engendrer la calamité appelée fanatisme. Mais à la lumière de Son Commandement Nouveau — la Loi de l’Amour Universel — qui signifie vivre avec intensité Ses paroles et Ses exemples, sans mépriser les autres voies. Se considérer comme le détenteur de la vérité c’est comme être au coude à coude avec le mensonge. Or, le miracle que Dieu espère des Hommes c’est qu’ils apprennent à s’aimer.

C’est pour cela, que Jésus avait dit :

— Aimez-vous comme Je vous ai aimés. Seulement ainsi tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez le même Amour les uns pour les autres. (…) Il n'y a pas de plus grand Amour que de donner la propre Vie pour ses amis.(...) Pourtant, de la même forme que mon Père m'aime, Moi aussi Je vous aime. Demeurez dans mon Amour (Évangile du Christ selon Jean, 13 : 34 et 35 ; 15 : 12, 13 et 9).

La LBV est également Communication ! Sa saga héroïque ne se limite pas au secours de ceux qui ont la faim de l’estomac, mais elle s’étend au soutien spirituel, parce qu’avec l’Esprit réformé par l’éclaircissement des Choses Divines et par l’affectivité pédagogique tout tend à être meilleur. Elle travaille en faveur de l’Éducation et de la Culture, l’Alimentation, la Sécurité, la Santé et le Travail avec la Spiritualité Œcuménique.

Une belle leçon du Christ

Arquivo pessoal

Bruno Simões de Paiva

M’adressant à un sympathique auditoire, en 1991, au Portugal, je leur ai révélé que, dans mon enfance, la première information par laquelle j’ai eu connaissance de la Sainte Bible, en particulier la Bonne Nouvelle2 de Jésus, m’est venue par l’intermédiaire de mon regretté père, Bruno Simões de Paiva (1911-2000). Il m’a parlé d’une émouvante histoire racontée au peuple par le Christ de Dieu : la Parabole du Bon Samaritain. Et il me l’a lue. Le passage se trouve dans l’Évangile selon Luc, 10 : 25 à 37 :

« 25 Et voici qu'un docteur de la Loi se leva, et, pour L'éprouver, lui dit : Maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ?

« 26 Jésus lui dit : Dans la Loi, qu’y a-t-il décrit ? Comment lis-tu ?

« 27 Celui-ci répondit : "Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée ; et ton prochain comme toi-même.’*3".

« 28 Et Jésus lui dit : Tu as bien répondu ; fais cela, et tu vivras.

« 29 Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus : Et qui est mon prochain ?

« 30 Le Maître réprit la parole, et dit : Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho. Il tomba au milieu des brigands, qui le dépouillèrent, le chargèrent de coups, et s'en allèrent, le laissant à demi mort.

« 31 Un prêtre, qui descendait par le même chemin, ayant vu cet homme, passa outre.

« 32 Un lévite, qui arriva aussi dans ce lieu, ayant vu le pauvre homme, passa outre.

« 33 Mais un samaritain, qui voyageait, étant venu là, fut ému de compassion lorsqu'il le vit ;

« 34 Il s'approcha, et banda ses plaies, en y versant de l'huile et du vin ; puis le chargea sur sa propre monture, le conduisit à une hôtellerie et prit soin de lui.

« 35 Le lendemain, il tira deux deniers (ancienne monnaie romaine), les donna à l'hôtelier, et dit : “Prends soin de lui, et ce que tu auras dépensé en plus, je te le rembourserai, moi, à mon retour.”

« 36 Lequel de ces trois – a demandé Jésus – te semble avoir été le prochain de celui qui était tombé au milieu des brigands ?

« 37 C'est celui qui a exercé la miséricorde envers lui, répondit le docteur de la loi. Et Jésus lui dit calmement : Va, et toi aussi, fais de même. »

Domenico Fetti (1589-1623)

En relisant cette Parabole, je médite, profondément touché dans mon Âme, sur cette autre belle leçon du Christ Œcuménique, Celui que se dispose à secourir n’importe quel nécessiteux dans ses souffrances, et qui m’a éveillé aux valeurs de la Solidarité, et m’a disposé, de tout cœur, adolescent encore, à participer à cette Divine entreprise (Légion de la Bonne Volonté) sans jamais la déserter. En fin de compte, nous apprenons avec Jésus à persister jusqu’au bout :

— « Par votre persévérance, vous sauverez vos âmes » (Évangile de Jésus selon Luc, 21 : 19).

D’ailleurs, pour ceux de Bonne Volonté, être tenace sur la Voie du Seigneur signifie se dérouler au-delà de ce que l’on appelle la fin humaine, parce que la Vie continue, car les morts ne meurent pas. Ni les Frères athées, parmi lesquels se trouvent des créatures d’une générosité épurée.

Arquivo BV

Goethe

Eh bien, je suis ici depuis plus d’un demi-siècle de labeur à la direction des Institutions de la Bonne Volonté et intensément heureux à Vos côtés, de pouvoir prêter mes services à cette Cause Sublime, dont la devise est, depuis ses débuts, pour un Brésil meilleur et pour une Humanité plus heureuse. Ce qui me soutient est la persistance enseignée par le Divin Ouvrier dans Sa Bonne Nouvelle de libération. Je garde toujours à l’esprit un grave avertissement du philosophe Goethe (1749-1832), un génie allemand qui a illuminé le monde aux 18e et 19e siècles. L’auteur de Faust a dit :

— « Connaître ce n’est pas assez, nous devons appliquer. Désirer ne suffit pas, il faut faire. »

La vraie façon d’exister

Voltaire

Revenant à leçon de la Parabole, nous voyons dans le comportement de ce Samaritain (représentant d’une communauté méprisée à cette époque) la vraie façon de vivre du citoyen solidaire que nous prêchons ici depuis des dizaines d’années. Ce passage met en évidence qu’il ne suffit pas seulement d’éduquer. La spiritualisation de la créature est indispensable et on doit, en outre, manifester à tous les Êtres Humains et Spirituels l’importance de l’affect, de la compréhension pour qu’il y ait une société réellement fraternelle. Voltaire (1694-1778), provocateur, a affirmé dans Ériphyle, à l’acte III, scène 20 :

— « Les mortels sont égaux : ce n’est point la naissance, c’est la seule vertu qui fait leur différence. »

Arquivo BV

Cicéron

Cicéron (106-43 av. J.-C.), l’un des orateurs et penseurs politiques romains les plus respectés, vient à la rencontre de mon raisonnement quand il déclare que :

— « Les hommes ne doivent faire que ce qui, leur étant utile, le soit aussi aux autres. »

Ces modèles que je vous rapporte peuvent paraître romantiques aux pragmatistes (naturellement je me réfère aux sans-Fraternité, puisqu’il existe ceux qui ont l’Âme pleine de sentiments bénévoles). D’ailleurs, j’ai dit une certaine fois à un groupe d’amis la chose suivante : Être idéaliste, oui. Mais, s’il vous plaît, avec talent et pragmatisme. Il faut avoir un idéal et surtout être capable de le réaliser, pour continuer à mériter la bénédiction de Dieu.

Viendra le temps où le Brésil deviendra le Cœur du Monde et la Patrie de l’Évangile Œcuménique, quand ces qualités seront communes chez ses habitants. Alors, il se transformera, réellement, en grenier de la planète. Pas seulement pour le blé que l’on fauche du sol, mais pour ce que l’on cueille de l’Âme.

Quand je me réfère à la Bonne Nouvelle de Jésus, je ne la comprends pas comme un attribut d’une partie privilégiée de l’Humanité. Le langage moral qu’Il transmet appartient à tous les cœurs qui bataillent pour un monde plus cordial.

Et, dans toutes les ères, beaucoup de figures exponentielles de l'Histoire ont eu comme thème de leurs réflexions les sentiments les plus admirables que l’Être Humain puisse exprimer. À une époque de tant d’hédonisme, il est bon de nous rappeler certains d’eux :

— « Ne faites souffrir personne : tous sont les enfants du même Dieu. (...) Faciliter une bonne action c’est la même chose que la pratiquer . »

Prophète Mahomet (560-632 ap. J.-C.) — « Que la paix et la bénédiction de Dieu soient sur lui ! »

Reprodução BV

Confucius

— « Si les hommes mettent le devoir à la première place et la réussite ensuite, n’amélioreront-ils pas leur caractère ? »

Confucius (551-479 av. J.-C.)

Reprodução BV

Démocrite

— « L’Homme n’est pas malheureux tant qu’il agit avec justice. »

Démocrite (460-370 av. J.-C.)

 

Reprodução BV

Zoroastre

— « Le plus grand et le meilleur des princes est celui sous le domaine duquel la terre est la plus fertile. »

Zoroastre (628-551 av. J.-C.)

Reprodução BV

José Pereira de Graça Aranha

— « Celui qui transforme en beauté toutes les émotions, qu’elles soient de mélancolie, de tristesse, de plaisir ou de douleur, vit dans la joie perpétuelle. »

José Pereira de Graça Aranha (1868-1931)

Divulgação

Sénèque 

— « Où il y a un homme, il y aura une opportunité pour que nous soyons généreux. »

Sénèque (4 av. J.-C.-65 ap. J.-C.)

Reprodução BV

Samuel Taylor Coleridge

— « Grandeur et bonté ne sont pas des moyens, ce sont des fins. » 

Samuel Taylor Coleridge (1772-1834) 

Reprodução BV

Antísthène 

— « La reconnaissance est la mémoire du cœur. »

Antísthène (444-365 av. J.-C.)

Reprodução BV

Aristote 

— « La première des vertus est la justice. »

Aristote (384-322 av. J.-C.)

Reprodução BV

Jean M. de La Bruyère

— « Il n'y a rien qui rafraichisse aussi bien le sang que d'avoir une bonne action ».

Jean M. de La Bruyère (1645-1696)

Reprodução BV

Coelho Neto

— « Si le génie est une grandeur, la bonté est une excellence ; l’homme le plus digne est celui qui se préoccupe plus du bien général, en cherchant, avec la force de son esprit, à corriger les maux et diminuer la souffrance des malheureux. »

Coelho Neto (1864-1934)

Reprodução BV

Edmund Burke

Je me souviens, aussi, d’un aphorisme d’Edmund Burke (1729-1797) parfaitement applicable à ce que je vous dit sans aucune prétention :

— « Pour que le mal triomphe, il suffit que les hommes de bien restent les bras croisés. »

Naturellement, avec ces paroles, Burke combat le mal de la lâcheté.

Une autre pensée du grande philosophe Confucius convient bien ici car nous défendons la Paix et non l’impunité :

— « Rendez la Bonté pour la Bonté, et la Justice pour le mal. »

Reprodução BV

Blaise Pascal

Sur l’applicabilité correcte de cet enseignement du sage chinois, l’homme de science et mathématicien Blaise Pascal (1623-1662) nous avertit de la symétrie nécessaire entre la vigueur et la rectitude :

— « La justice sans la force est impuissante ; la force sans la justice est tyrannique. Il faut donc mettre ensemble la justice et la force ; et pour cela faire que ce qui est juste soit fort, ou que ce qui est fort soit juste. »

La faiblesse de l’Homme et la Providence de Dieu

(...) Face à cela, il n’y a rien de meilleur que l’écoute du message des versets 12 et 16 do Psaume 90 de la « Prière de Moïse, homme de Dieu » :

« 12 Enseigne-nous à bien compter nos jours, afin que nous appliquions notre cœur à la sagesse.

« 16 Que ton œuvre se manifeste à tes serviteurs, et ta gloire sur leurs enfants ».

Notre destin

Reprodução BV

Charles Chaplin

Je vous rapporte, car elle est opportune, une page significative attribuée à Charles Chaplin (1889-1977) — gentiment envoyée par ma belle cousine Ana Paula Bomfim Kistmann, qui habite aux États-Unis.

Chaplin, un des plus grands génies du cinéma, montre que l’Être Humain doit soutenir dans son esprit et dans son cœur, même face aux intempéries de la vie, l'intention de poursuivre de l’avant.

« Aujourd’hui je me suis levé en pensant à ce que je dois faire avant que l’horloge marque minuit. C’est ma fonction de choisir quel type de journée j’aurai aujourd’hui. Je peux réclamer qu’il pleut ou remercier les eaux qui emportent la pollution. Je peux être triste de ne pas avoir d’argent ou me sentir encouragé à administrer mes finances, en évitant le gaspillage. Je peux réclamer de ma santé ou rendre grâce d’être vivant. Je peux me plaindre de mes parents parce qu’ils ne m’ont pas donné ce que je voulais ou je peux être reconnaissant d’être né. Je peux réclamer de devoir aller travailler ou remercier d’avoir un travail. Je peux m’ennuyer des tâches domestiques ou remercier Dieu d’avoir un toit pour m’abriter. Je peux lamenter des déceptions avec mes amis ou m’enthousiasmer de la possibilité de gagner de nouvelles amitiés. Si les choses ne vont pas comme je l’avais prévu, je peux être heureux d’avoir aujourd’hui pour recommencer. La journée est devant moi, elle attend pour être ce que je souhaite. Et me voici, sculpteur qui peut lui donner sa forme. Tout dépend de moi ! »

Reprodução BV

Victor Hugo 

Le vieux Victor Hugo (1802-1885) avait raison :

— « Ceux qui aujourd’hui affirment qu’une chose ne peut être concrétisée, tacitement, se placent du côté de ceux qui vont perdre.»

Remerciements

Le nouvel an commence. Avec l’aide bienveillante du peuple, nous sommes arrivés jusqu’ici. Mes sincères remerciements à tous ceux qui ont collaboré au succès de la LBV : ses bénévoles et ses donateurs. Notre grand merci, aussi, aux autorités, aux religieux, aux athées, aux artistes, aux médias participants. Enfin, à toutes les créatures de Bonne Volonté qui nous aident. Aux du Club Culture de Paix, mon encouragement. À ceux qui maintiennent la Religion de Dieu, Chrétiens du Nouveau Commandement de Jésus Œcuménique, le Divin Homme d’État, qui a enseigné à tous l’aide envers le prochain, au point de préconiser l’Amour même envers ses ennemis (Évangile selon Luc, 6 : 27), ma stimulation. À tous, je réitère mes vœux d’une année nouvelle pleine de réalisations, spirituelles et humaines, sous l’illumination de la Paix, de la Fraternité, de la Vérité et de la Justice, puisqu’ainsi Rui Barbosa (1849-1923) s’est référé à elle :

Reprodução BV

 Rui Barbosa

— « Ce mot — la Justice — contient presque entière la notion de notre bonheur sur la Terre. Elle est la substance de la civilisation, l’essence de la société, la synthèse de la politique chrétienne. Les nations grandissent ou diminuent, suivant qu’elles savent ou non la garder. »

Un Joyeux Noël Permanent du Christ Œcuménique, le Divin Homme d’État !

Celui confie en Jésus ne perd pas son temps, parce qu’Il est le Grand Ami qui n’abandonne pas son ami à mi-chemin.
___________________
*1 Au pied de la lettre — Seconde Épître de Paul aux Corinthiens, 3 : 6 — « La lettre tue, mais l'Esprit vivifie. »
*2 Bonne Nouvelle (de Jésus) — Évangile signifie Bonne Nouvelle.
*3 «Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force, et de toute ta pensée ; et ton prochain comme toi-même. » — Lévitique,19 : 18

José de Paiva Netto est écrivain, journaliste, homme de radio, compositeur et poète. Il est président de la Légion de la Bonne Volonté (LBV) et membre effectif de l’Association Brésilienne de la Presse (ABI) et de l’Association Brésilienne de la Presse Internationale (ABI-Inter). Affilié à la Fédération Nationale des Journalistes (FENAJ), à l’International Federation of Journalists (IFJ), au Syndicat des Journalistes Professionnels de l’État de Rio de Janeiro, au Syndicat des Écrivains à Rio de Janeiro, au Syndicat des Professionnels de la Radio à Rio de Janeiro et à l’Union Brésilienne des Compositeurs (UBC). Il fait aussi partie de l’Academia de Letras do Brasil Central [Académie des Belles Lettres du Brésil Central]. C’est un auteur de référence internationale reconnu pour la conceptualisation et la défense de la cause de la Citoyenneté et de la Spiritualité Œcuméniques, qui, selon lui, constituent « le berceau des valeurs les plus généreuses qui naissent de l’Âme, la demeure des émotions et du raisonnement éclairé par l’intuition, l’environnement qui englobe tout ce qui transcende le domaine vulgaire de la matière et vient de la sensibilité humaine sublimée, comme la Vérité, la Justice, la Miséricorde, l’Éthique, l’Honnêteté, l’Amour Fraternel ».