Lutter contre les drogues et l’alcoolisme

La Journée internationale contre l’abus et le trafic de drogues. Mettre en évidence cette date, célébrée le 26 juin, est précieux pour la santé en général, tout particulièrement celle de nos jeunes. C’est très tôt que l’on apprend comme est ingrat le sort que les drogues et l’alcool réservent aux créatures.

Shutterstock

Leurs conséquences lamentables sautent aux yeux de tout le monde. Il suffit de voir le nombre de victimes sur les routes, le malheur au sein des familles, les coûts très élevés qu’ils entraînent pour le système de santé. Pour ne citer que l’alcool, selon le Ministère de la Santé, on estime que le nombre de dépendants est entre 10 % et 15 % de la population mondiale.

Les initiatives qui visent à traiter avec humanité ceux qui sont tombés dans les pièges de l’addiction ou à prendre en charge la prévention de ces maux méritent tout notre soutien et notre encouragement. Lutter contre ce qui fait mal aux gens est aussi une charité légitime.

Une « Loi sèche » plus rigide
shutterstock

La nouvelle « Loi sèche » signée à la fin de 2012 est providentielle. Selon le service de communication du Département national de la circulation (DETRAN), ce sont des règles plus sévères visant à réduire le nombre de décès et d’accidents sur les routes provoqués par la consommation d’alcool.

shutterstock

Le 29 janvier 2013, dans le Diário Oficial da União (Journal officiel au Brésil), le Conseil national de la circulation (CONTRAN) a adopté la résolution 432/13 qui établit, selon les informations de l’« Agência Brasil », des directives pour la mise en œuvre d’une « Loi sèche » plus rigoureuse : « Si l’éthylotest indique une valeur supérieure ou égale à 0,05 milligramme d’alcool par litre d’air expiré, le conducteur sera verbalisé, répondra pour infraction gravissime, payera une amende de 1 915,40 R$, aura son permis de conduire confisqué, avec suspension du droit de conduire pendant 12 mois, outre la rétention du véhicule. Auparavant, la limite était de 0,1 milligramme d’alcool par litre d’air ».

Des vies humaines dépendent du respect de cette loi. Combien de souffrances pourraient être évitées !

Bonifácio, Kennedy, Shaw et le monde invisible

John Kennedy

 George Bernard Shaw

John Fitzgerald Kennedy (1917-1963), dans son discours au Parlement, le 28 juin 1963, à Dublin, en Irlande, a déclaré : « George Bernard Shaw, parlant en tant qu’Irlandais, a suggéré une nouvelle perspective à la vie. "Certaines personnes", a-t-il dit, "voient des choses et demandent : Pourquoi ? Mais je rêve de choses qui n’ont jamais existé — et je demande : Pourquoi pas ?"».

Et, en tant que descendant d’immigrants irlandais, poursuit JFK : « C’est cette qualité de l’Irlandais — cette combinaison remarquable d’espoir, de confiance et d’imagination — dont on a besoin aujourd’hui plus que jamais. Les problèmes du monde ne peuvent probablement pas être résolus par les sceptiques ou les cyniques dont les horizons sont limités par des réalités évidentes. Nous avons besoin d’hommes capables de rêver de choses qui n’ont jamais existé et demander : pourquoi pas ? ».

José Bonifácio

Or, ce sont aussi des qualités de notre bon peuple brésilien, illuminé d’espérance, même dans la pire des conjonctures. À un moment de satisfaction, le remarquable José Bonifácio de Andrada e Silva (1763-1838), Patriarche de l’indépendance, s’écria : « Les Brésiliens sont enthousiastes du bel idéal, amis de leur liberté ».

Arquivo BV

Newton

Reprodução BV

Einstein

Toutes ces choses étant dites, il est clair pour ceux qui « ont des yeux pour voir et des oreilles pour entendre » que l’apprentissage dans ce monde est encore incomplet. La compréhension actuelle de la Vie Spirituelle est similaire à celle de la loi de la gravitation universelle de Newton (1643-1727), avec les contributions d’Einstein (1879-1955). Juste pour illustrer notre argument, nous pourrions dire qu’il ne servirait à rien de la nier tout simplement parce que notre connaissance scientifique contemporaine n’a pas atteint intégralement toutes les lois qui la régissent.

Réellement, il est nécessaire de réitérer cet enseignement : la réforme dans le domaine social commence dans le domaine Spirituel. Un point de vue que nous avons discuté et que nous développerons au cours des explications de l’Évangile-Apocalypse de Jésus, en Esprit et en Vérité à travers le prisme de Son Nouveau Commandement, « Aimez-vous les uns les autres comme Je vous ai aimés. »

José de Paiva Netto est écrivain, journaliste, homme de radio, compositeur et poète. Il est né le 2 mars 1941, à Rio de Janeiro, Brésil. Il est président de la Légion de la Bonne Volonté (LBV) et membre effectif de l’Association Brésilienne de la Presse (ABI) et de l’Association Brésilienne de la Presse Internationale (ABI-Inter). Affilié à la Fédération Nationale des Journalistes (FENAJ), à l’International Federation of Journalists (IFJ), au Syndicat des Journalistes Professionnels de l’État de Rio de Janeiro, au Syndicat des Écrivains à Rio de Janeiro, au Syndicat des Professionnels de la Radio à Rio de Janeiro et à l’Union Brésilienne des Compositeurs (UBC). Il fait aussi partie de l’Academia de Letras do Brasil Central [Académie des Belles Lettres du Brésil Central]. C’est un auteur de référence internationale reconnu pour la conceptualisation et la défense de la cause de la Citoyenneté et de la Spiritualité Œcuméniques, qui, selon lui, constituent « le berceau des valeurs les plus généreuses qui naissent de lÂme, la demeure des émotions et du raisonnement éclairé par lintuition, lenvironnement qui englobe tout ce qui transcende le domaine vulgaire de la matière et vient de la sensibilité humaine sublimée, comme la Vérité, la Justice, la Miséricorde, lÉthique, lHonnêteté, la Générosité, l’Amour Fraternel. En bref, la constante mathématique qui harmonise l'équation de l'existence spirituelle, morale, mentale et humaine. Or, sans cette conscience que nous existons sur deux plans, et donc, pas seulement sur le plan physique, il nous est difficile d'atteindre la Société réellement solidaire, altruiste et œcuménique, car nous continuerons à ignorer que la connaissance de la Spiritualité supérieure élève la nature des êtres et les conduit, en conséquence, à construire une citoyenneté planétaire. ».