L’Apocalypse et le Génome de l’Univers

Au dire de Cicéron (106-43 av. J.-C.), les Prophéties sont d’intérêt universel :

Reprodução BV

Cicéron

— « je ne connais aucun peuple, à quelque degré qu’il soit de civilisation et d’instruction, ou de férocité et de barbarie, qui n’admette l’existence des signes de l’avenir ».

Il s’agit donc d’un sujet toujours opportun, malgré les moqueries de certains.

Beaucoup de gens pensent encore que l’Apocalypse indique la limite de la vie planétaire.

C’est une équivoque. La Genèse mosaïque, premier livre de la Bible, raconte de manière chiffrée l’apparition de la Terre.

Divulgação

George Gamow

Quant au Cosmos, sous une autre forme peut-être, il a toujours existé, même avant le Big-Bang de l’illustre George Gamow (1904-1968). Ou alors, qu’y avait-il auparavant ? (Et si l’on recherchait sur le génome de l’Univers ?) Recourons, maintenant, au Livre de la Révélation, et nous prouverons qu’il n’annonce pas la fin de l’existence humaine ; au contraire, le texte se termine par une bénédiction :

— « La grâce de notre Seigneur Jésus-Christ soit avec vous tous pour l’éternité ! Amen. » (Apocalypse 22 : 21).

Et plus : au chapitre 21, nous trouvons la nouvelle Jérusalem, le nouveau Ciel, la nouvelle Terre, après une modification sans précédent, provoquée par l’Humanité elle-même, comme je l’ai souligné exhaustivement. Il ne s’agit pas d’une punition de Dieu ; mais, de la récolte obligatoire de ce qui a été librement semé.

Tela: Sátyro Marques (1935-2019)

Título da obra: O novo céu e a nova terra — A nova Jerusalém.

Actes humains et conséquences

Quand je dis que nous ne devons pas avoir peur de l’Apocalypse, je n’affirme pas que ces choses que des hommes et des peuples ont plantées n’auront pas de résultats tragiques ou bénéfiques. En voulez-vous un exemple emblématique ? Ce que nous sommes en train de faire avec la Nature ! Tout cela conduira à des conséquences graves, qui, néanmoins, se produisent déjà... Seuls ceux qui ne le veulent pas ne voient pas... Bien que la conscience écologique se répand dans le monde. Et cela est bon. Nous ne pouvons pas mettre le feu sur notre demeure collective. Ni en faire un taudis.

L’alerte des scientifiques

Rappelez-vous de l’alerte de divers scientifiques, si je ne me trompe pas, en 1983, l’une des années les plus chaudes de l’Histoire, sur l’effet de serre à moyen terme, bientôt démenti par d’autres, qui, sans doute, auraient voulu servir les intérêts de puissants cartels qui ne veulent d’aucune façon réduire leurs profits ? Ces autres ont oublié que cette fois nous pouvons perdre notre propre demeure, la Terre. Les faits, aujourd’hui, ont une répercussion globale, c’est-à-dire, immédiate. Il semble cependant que certains s’entêtent à ne pas ouvrir les yeux sur d’aussi néfastes résultats. Je préfère donc m’en tenir à la conclusion alarmante des premiers savants cités, parce que ces changements désagréables sont déjà pleinement en cours, causant des dommages considérables, à moins que les gouvernements ne prennent des mesures énergiques et dynamiques, imposées par leurs concitoyens, qui finalement commencent à se réveiller...

Reprodução BV

Paul

Ce réveil fait aussi partie des prophéties. Observons comme illustration la parole de l’apôtre Paul, dans son Épître aux Romains, 13 : 11 et 12 :

— « Cela importe d’autant plus que vous savez en quel temps nous vivons. C’est l’heure de vous réveiller enfin du sommeil ; le salut est maintenant plus près de nous qu’au temps où nous avons cru. La nuit est avancée, le jour approche. Laissons là les oeuvres des ténèbres, et revêtons les armes de la lumière ».

Divulgação

Joubert

Il est urgent de démontrer que la prophétie n’est pas synonyme de fléau, mais que c’est l’exposé des corrélations entre cause et effet. Avant tout, c’est la somme de ce que nous faisons du bien ou du mal. Il faut que nous apprenions cela afin d’en faire un élément pour le progrès conscient, de façon à ce que nous nous transformions, en toute conscience, en agents de notre avenir. Ce commentaire de l’écrivain français Joubert (1754-1824) n’est pas vain :

— « Quand d’une de nos erreurs surgit un malheur, nous injurions le destin ».

Craindre l’Apocalypse ?

La Loi de la Cause et de l’Effet est omnisciente, quand elle donne à chacun selon ses propres actions. Nous ne la voyons pas toujours agir immédiatement, parce que son action est naturelle, organique. C’est pourquoi on peut rarement en comprendre les mécanismes. À l’heure juste, selon l’horloge de Dieu, nous récoltons tous ce que nous avons semé. De sorte que ce n’est pas avec l’Apocalypse que nous devrions nous inquiéter ; au contraire, parce que pour ceux qui le lisent sans idées préconçues, c’est un beau message divin qui a deux mille ans. La terreur ce sont, ceux-là oui, les actes humains insensés, individuels ou collectifs.

José de Paiva Netto est écrivain, journaliste, homme de radio, compositeur et poète. Il est président de la Légion de la Bonne Volonté (LBV) et membre effectif de l’Association Brésilienne de la Presse (ABI) et de l’Association Brésilienne de la Presse Internationale (ABI-Inter). Affilié à la Fédération Nationale des Journalistes (FENAJ), à l’International Federation of Journalists (IFJ), au Syndicat des Journalistes Professionnels de l’État de Rio de Janeiro, au Syndicat des Écrivains à Rio de Janeiro, au Syndicat des Professionnels de la Radio à Rio de Janeiro et à l’Union Brésilienne des Compositeurs (UBC). Il fait aussi partie de l’Academia de Letras do Brasil Central [Académie des Belles Lettres du Brésil Central]. C’est un auteur de référence internationale reconnu pour la conceptualisation et la défense de la cause de la Citoyenneté et de la Spiritualité Œcuméniques, qui, selon lui, constituent « le berceau des valeurs les plus généreuses qui naissent de l’Âme, la demeure des émotions et du raisonnement éclairé par l’intuition, l’environnement qui englobe tout ce qui transcende le domaine vulgaire de la matière et vient de la sensibilité humaine sublimée, comme la Vérité, la Justice, la Miséricorde, l’Éthique, l’Honnêteté, l’Amour Fraternel ».