Une minute de silence et le Baron de Rio Branco

Reprodução BV

Baron de Rio Branco

Il y a des décennies que nous avons établi la cérémonie d’un instant de silence avant la prière par laquelle commencent toujours les activités journalières dans les Institutions de la Bonne Volonté, afin de renforcer la liaison des équipes solidaires des IBV avec la Spiritualité Supérieure, une pratique qui est aussi devenue quotidienne dans certaines entreprises.

Reprodução BV

Aresta Branco

J’ai déjà commenté dans mes conférences à la radio et à la télévision l’histoire de la minute de silence, cependant, il ne coûte rien de la rappeler. Le 10 février 1912, s’est éteint le diplomate, professeur et journaliste José Maria da Silva Paranhos Júnior, le Baron de Rio Branco, l’un des plus grands chanceliers, sinon le plus grand, que le Brésil ait connu. C’était le fils du Vicomte de Rio Branco, le créateur de la Loi du Septuagénaire — à 70 ans les esclaves devaient être libérés, cependant, combien allaient attendre cet âge ?

Reprodução BV

Anselmo Braamcamp

La mort de Paranhos Júnior fut beaucoup regrettée. Quand la nouvelle arriva à Lisbonne, la Chambre des députés, sous le commandement d’Aresta Branco, suspendit la séance pendant une demi-heure, comme le voulait la tradition, en hommage à l’illustre diplomate. Cependant, le Sénat, le jour suivant, dont la présidence était à la charge d’Anselmo Braamcamp, les secrétaires étant alors Bernardino Roque et Paes de Almeida, lança la nouvelle coutume. Le président fit une pause à la réunion et souligna : « Les grands services rendus par cet homme d’État au Portugal et le fait qu’il était ministre quand le Brésil a reconnu la république portugaise », selon ce qu’a enregistré le journal lisboète Diário de Notícias, qui a également noté : « Le Baron de Rio Branco a aussi honoré les traditions lusitaniennes de l’origine de sa famille et pour tout cela, il a proposé que pendant dix minutes, et en hommage à sa mémoire, Messieurs les sénateurs restent en silence à leurs places. Et ainsi fut fait... ».

Ce fut la déférence témoignée au grand Brésilien qui était retourné à la Patrie Spirituelle.

Le Christ interne 

Face à la vie si agitée que nous menons, surgit l’argument : « Il est très difficile d’obtenir ne serait-ce qu’une minute de silence, avec les enfants qui courent, dans un chahut heureux, le voisin avec le son à plein volume, ce marteau-piqueur en face de ma fenêtre, ou avec les mille problèmes que je dois affronter. Je regrette beaucoup, mais je n’y arrive pas ».

Vous y arrivez, si ! Je ne parle pas simplement de la quiétude physique. Je me réfère en particulier à celle que l’on recherche dans l’Esprit. Vous même, parfois dans un bus bruyant, bondé, chaud, le trafic intense, vous absentez de la réalité en pensant à la question qu’il faut remédier. Rien autour de vous ne vous perturbe ou ne vous gêne. Et quand vous descendez, vous dites : « Ça me semblait impossible de me sortir de cette difficile situationet maintenant, dans ce bus béni, qui déversait toute sa chaleur sur moi, la solution est apparue ». Pourquoi ?! Parce que vous êtes entré dans le silence, vous avez dialogué avec votre Christ interne, avec l’aide de l’Esprit Saint.

Gustavo Henrique

Tout dans l’existence matérielle est relatif. Il suffit de voir que dans les guerres des gens se tuent au milieu des paysages extraordinaires que Dieu leur offre pour justement allumer au plus profond d’eux-mêmes la volonté de vivre.

Une richesse majeure 

Les gamins courent, ou ouvrent le réfrigérateur, il y a une pagaille dans la rue ? Vous saurez entrer dans le silence de vous-même, pour sentir au plus intime de vous l’influence divine. Profitez de ces instants de méditation, lisez l’Évangile de Jésus, une richesse immense de ce monde et de l’Autre Monde, et vous verrez combien de bénéfices recevra votre vie. Mais, d’abord, nous allons apaiser le brouhaha de l’âme. Une minute de silence.

TBV
Lucian Fagundes
Pôr do sol enfeita o céu de Brasília/DF.

Arquivo BV

Alziro Zarur

Le Temple de la Bonne Volonté, à Brasília (Brésil), est aujourd’hui amplement reconnu comme un lieu excellent pour que la créature calme son cœur et élève ses pensées au plus Haut, gagnant ainsi des forces pour aller de l’avant. Le TBV préconise l’Œcuménisme Total*.

________________________________________
* Expression créée par le regretté fondateur de la Légion de la Bonne Volonté, Alziro Zarur (1914-1979). L’Œcuménisme Total préconise l’alliance fraternelle de l’Humanité de la Terre avec celle du Monde Spirituel Supérieur et avec toute civilisation qui puisse y avoir dans l’Espace.

José de Paiva Netto est écrivain, journaliste, homme de radio, compositeur et poète. Il est né le 2 mars 1941, à Rio de Janeiro, Brésil. Il est président de la Légion de la Bonne Volonté (LBV) et membre effectif de l’Association Brésilienne de la Presse (ABI) et de l’Association Brésilienne de la Presse Internationale (ABI-Inter). Affilié à la Fédération Nationale des Journalistes (FENAJ), à l’International Federation of Journalists (IFJ), au Syndicat des Journalistes Professionnels de l’État de Rio de Janeiro, au Syndicat des Écrivains à Rio de Janeiro, au Syndicat des Professionnels de la Radio à Rio de Janeiro et à l’Union Brésilienne des Compositeurs (UBC). Il fait aussi partie de l’Academia de Letras do Brasil Central [Académie des Belles Lettres du Brésil Central]. C’est un auteur de référence internationale reconnu pour la conceptualisation et la défense de la cause de la Citoyenneté et de la Spiritualité Œcuméniques, qui, selon lui, constituent « le berceau des valeurs les plus généreuses qui naissent de lÂme, la demeure des émotions et du raisonnement éclairé par lintuition, lenvironnement qui englobe tout ce qui transcende le domaine vulgaire de la matière et vient de la sensibilité humaine sublimée, comme la Vérité, la Justice, la Miséricorde, lÉthique, lHonnêteté, la Générosité, l’Amour Fraternel. En bref, la constante mathématique qui harmonise l'équation de l'existence spirituelle, morale, mentale et humaine. Or, sans cette conscience que nous existons sur deux plans, et donc, pas seulement sur le plan physique, il nous est difficile d'atteindre la Société réellement solidaire, altruiste et œcuménique, car nous continuerons à ignorer que la connaissance de la Spiritualité supérieure élève la nature des êtres et les conduit, en conséquence, à construire une citoyenneté planétaire. ».