Jésus, le Christ Œcuménique, le Divin Homme d’État, et Son Retour Triomphal

Arquivo BV

Alziro Zarur

Noël et le Nouvel An, deux commémorations sœurs. Au Nouvel An, les temps nouveaux ressurgissent et à Noël, Jésus revit ; l’espoir du monde renaît donc. Le regretté fondateur de la LBV, Alziro Zarur (1914-1979), dans la revue Bonne Volonté nº 18 (décembre 1957), nous parle un peu de notre conception au sujet du Noël du Christ de Dieu :

— Depuis la création de la Campagne de la Bonne Volonté, le 4 mars 1949, notre préfixe musical est le Chant de Noël de Jésus. Beaucoup se sont étonnés que la mélodie de Noël précède notre message radiophonique tous les jours de l’année. Aujourd’hui, cependant, ils le comprennent déjà : la Légion de la Bonne Volonté est le Noël permanent de Jésus, pour un Brésil meilleur, pour une Humanité plus heureuse. Le Christ naît, chaque jour, dans le cœur de ceux qui savent souffrir et aimer, de ceux qui formeront un seul troupeau pour un seul Berger.

Au livre Le Brésil et l’Apocalypse, volume III, je souligne que le fait le plus remarqué de toute l’Histoire de l’Humanité, visible ou invisible, est le Retour de Jésus Œcuménique, et donc sans chaînes. Il suffit de voir que Lui-même, outre qu’Il annonce Son retour triomphal dans ce monde plusieurs fois dans l’Évangile et dans l’Apocalypse, consacre un sermon entier à la Fin des Temps (Mathieu, 24 et 25), qui est aussi le début d’une Ère tout à fait nouvelle, qui se singularise par la Jérusalem Céleste, figurant dans le Livre des Prophéties Finales (chapître 21, versets 2 et 10). Quel est le couronnement de Son discours ? Justement la Parousie, c’est-à-dire, Son Retour Glorieux.

Jésus a choisi l’Humanité

Reprodução BV

Jerônimo Gueiros

L’Esprit magnifique qui a créé ce globe — après avoir attendu, patiemment en œuvrant pour l’évolution spirituelle de ceux que le Père Céleste Lui a remis pour le progrès infini*1 — revient pour recueillir les fruits de Ses généreuses semailles. D’ailleurs, dans le suprême concept du libre-arbitre, le Christ a choisi l’Humanité et sa rédemption, en incarnant, Lui-même, le réel sens de la Démocratie Divine, comme nous pouvons le lire dans cette réflexion de Jerônimo Gueiros*² (1870-1953), pasteur presbytérien et professeur, que je suis allé rechercher dans un numéro historique du Journal de la Bonne Volonté (n° 4, 1969) dont j’ai eu l’honneur d’être le rédacteur responsable :

— La liberté de conscience ne peut pas mourir ! Attribu des excellences morales de l’homme, fondement psychique de la responsabilité, auréole semi-divine avec laquelle Dieu a allumé sur la face de Sa créature l’éclat inaltérable de Sa majesté sur Terre — la liberté a été tant respectée et considérée par Dieu Lui-même que, dans la suprême souveraineté de son gouvernement moral, Il n’a pas voulu la violer, pas même dans l’intérêt éternel de cette créature privilégiée qu’Il a fait à Son image et à Sa ressemblance (...).

Jésus, cependant, a défait l'esprit du mal, représentation maximale de l'erreur (Mathieu, 4 : 1 à 11), qui L’a tenté dans le désert, visant Sa noble tâche pour la rémission des fautes humaines, en les élevant tous vers le Père Céleste.

Le pressentiment de tous

La question est que tous présageaient une chose profondément marquante pour leur existence, dans cette vie ou dans la Vie éternelle, dans cette dimension ou dans une autre. Les cultures humaines, sous les formes les plus diverses, pressentent depuis longtemps un évènement notable qui marquera l’histoire de cette planète. Pour beaucoup, il s’agit du retour glorieux du Divin Chef de l’Humanité. Comme nous l’avons déjà vu, les chrétiens attendent le Christ ; les frères juifs, pour leur part, continuent d’annoncer pour bientôt la venue tant attendue du Messie ; les bouddhistes, le Seigneur Maitreya ; l’Islam, le Mahdi, et ainsi de suite. C’est une chose hautement mystique et enracinée dans l'âme humaine.

Dans tous les cœurs, qui d’une façon ou d’une autre sont à l'écoute des messages des Cieux, on entend les accords de l’indicible et prophétique mélodie qui réjouira leurs oreilles et illuminera leurs existences. C’est la récompense de la fidélité à Celui qui est « la Voie, la Vérité et la Vie » et apparaît dans diverses cultures sous différents noms.

Des papes annoncent le retour de Jésus

La gravité du moment que traverse le monde est telle que de nombreuses voix, éclairées par le Pouvoir de Dieu, s’élèvent pour proclamer la venue de Jésus. De cette façon, personne, de quelque croyance qu’il soit, ne pourra argumenter qu’il ne savait pas.

On écoute ici, en résumé, la parole de papes de l’envergure de :

Divulgação

Jean XXIII

Jean XXIII (1881-1963) : — Le Retour du Christ est proche.

Divulgação

Paul VI

Paul VI (1897-1978) : — Le retour du Christ est presque imminent. (Audience générale du 13 mai 1970.)

Et dans le Missel romain, il y a cette annonce inoubliable :

— (...) nous attendons la venue de Notre Sauveur Jésus Christ dans la gloire.

Jean-Paul II et l’Avent

Arquivo LBV

Jean-Paul II

Dans l’homélie du pape Jean-Paul II (1920-2005), le 6 décembre 1981, nous pouvons aussi lire :

— (...) Le discours de Pierre sur l’avent s’oriente surtout vers les derniers temps, vers « le jour du Seigneur » ; ceux qui ont connu la première venue vivent avec raison dans l’expectative de la seconde ; conformément à la promesse du Seigneur.

Tela: Peter Paul Rubens

Pierre

Une « dialectique » semble caractériser la leçon de Pierre, celle de l’éternité et du temps, ou plutôt du « temps de Dieu » et du « temps de l’homme ». Comme chacun le sait, dans les communautés chrétiennes des premiers siècles, il y a eu une expectative intense de la parousie, c’est-à-dire, la seconde venue, le second avent du Christ. Certains commençaient à douter de la véracité de cette promesse. Le fragment de la deuxième épître de Saint Pierre (...) répond à ces difficultés : « Mais voici un point, très chers, que vous ne devez pas ignorer : c'est que devant le Seigneur, un jour est comme mille ans et mille ans comme un jour. » (2 Pierre 3, 8).

Que cela veut-il dire : vous les hommes, vous avez votre conception du temps, ses unités de mesure, le calendrier et l’horloge ; vous avez vos critères, suivant lesquels vous croyez que le temps se prolonge excessivement ou passe à une vitesse excessive. Vivez dans le temps, vivez-le à votre manière, il doit en être ainsi ; mais ne transférez pas cette conception à Dieu, car pour Lui vos mille ans sont comme un seul jour ; et un jour est comme vos mille ans. Pour cela ne jugez pas avec vos catégories et ne dites pas que Dieu s’est empressé ou qu’il tarde.

Message du pasteur Jonas Rezende

Arquivo Pessoal

Jonas Rezende

Et, dans son œuvre Psaumes pour l’Esprit*3, le noble pasteur, professeur, philosophe et écrivain brésilien Jonas Rezende nous parle de l’impact transformateur du message apporté par le Christ qui nous montre un Dieu miséricordieux, la Divinité en nous, présente dans ce monde et dans notre vie. Un lien capable d’altérer pour toujours le quotidien des peuples, avec des leçons indélébiles d’humanité et de compassion :

Tela: Rembrandt (1606-1669)

Paul

La notion de progrès économique et technologique ne suffit pas. Ni les conquêtes de l’ingénierie génétique, ou le village mondialisé. L’homme post-moderne a besoin d’une éthique qui respecte la vie et les diversités ; qui, par dessus tout, considère le fossé économique entre les nations. Mais, la foi demande aussi un monde dans lequel, aux dires de l’apôtre Paul, Dieu est tout et en tous. Une base théiste. Non pas le Dieu explicatif des phénomènes cosmiques, mais le Dieu biblique. Le Dieu des psaumes. Le Dieu qui interagit personnellement avec l’être humain. Seigneur de l’Histoire et notre Père qui est aux cieux et en nous. Dieu qui a le visage de Jésus de Nazareth. Seul le Dieu de Jésus équilibre et corrige les écarts de notre humanisme.

Et ce sont ici, en synthèse, les bases du monde dont nous rêvons et que nous allons construire avec l’aide divine. Le Père s’est engagé dans ce projet. Le véritable message de Noël met Dieu sur la terre ; la transcendance se fait chair, pour vivre avec nous. Ayez confiance. Espérez. Travaillez.

Emmanuel et l’Infinie Miséricorde du Christ

Reprodução BV

Chico Xavier

Arquivo BV

Emmanuel

Emmanuel, dans son ouvrage Vers la Lumière, dans la psychographie du regretté Chico Xavier (1910-2002), transmet un excellent message sur le Seigneur Jésus :

— Le déterminisme de l’amour et du bien est la loi de tout l’univers, et l’âme humaine émerge de toutes les catastrophes en quête d’une vie meilleure. Seul Jésus n’a pas vécu le passage douloureux des races, mais chercha la dilacération de toutes les frontières pour l’étreinte universelle. Il est la Lumière du Principe et dans ses mains miséricordieuses reposent les destinées du monde. Son cœur magnanime est la source de la vie pour toute l’Humanité terrestre. Son message d’amour, qu’est l’Évangile, est l’éternelle parole de résurrection et de justice, de fraternité et de miséricorde. Toutes les choses humaines sont passées, toutes les choses humaines se modifieront. Néanmoins, Il est la Lumière de toutes les vies terrestres, inaccessible au temps et à la destruction.

Tela: Gebhard Fugel (1863-1939)

Detalhe da obra: Cristo curando os enfermos.

Tandis que nous parlons de la mission du XXe siècle, que nous observons les dictateurs de l’actualité, qui s’arborent en bourreaux des foules, il nous appartient de tourner des yeux suppliants vers l’infinie miséricorde du Seigneur, en implorant sa paix et son amour pour tous les cœurs.

Saluons, donc, le Noël Permanent de Jésus, le Christ de Dieu, le Christ Œcuménique, pour cela, Celui qui, gravitant au-dessus des discordes humaines, applaudit généreusement la valeur qui existe dans tous les domaines de la vie humaine, que ce soit l’Éducation, la Politique, la Philosophie, la Science, l’Économie, l’Art, le Sport, etc., en dépit des différences. Que la Divine Paix règne dans toutes les familles et dans les recoins de ceux qui pensent vivre tout seuls, quand, le sachant ou non, ils sont accompagnés par leurs Anges Gardiens attentifs. Et qu’ensemble nous luttions, sous les auspices de la Paix, comme le préconisait Alziro Zarur, « pour un Brésil meilleur et pour une Humanité plus heureuse ! ».

Comment, Malraux ?

Divulgação

André Malraux

Ce n’est pas sans motif qu’André Malraux (1901-1976), intellectuel des plus célébrés, fameux ministre de la culture de la France, manifesta de graves pensées intimes :

Le XXIe siècle sera religieux ou ne sera pas.

Cependant, cher Malraux, non la religion comme conflit tragique, mais, plutôt, la manière éternelle de l’Amour Divin, qui veut que nous nous aimions les uns les autres, comme Jésus nous l’enseigne dans l’Évangile selon Jean, 13 :34 et 35 ; et, 15 :13 :

— Je vous donne un Nouveau Commandement : Aimez-vous les uns les autres comme Je vous ai aimés. Seulement ainsi tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez le même Amour les uns pour les autres. Il n'y a pas de plus grand Amour que de donner la propre Vie pour ses amis.

Pour cela même, Jean Évangéliste a écrit dans sa première épître, 4 : 7 à 9 et 16 à 21 :

7 Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres ; car la Charité est de Dieu, et quiconque aime est né de Dieu et connaît Dieu.

8 Celui qui n'aimepas n'a pas connu Dieu ; car Dieu est Charité.

9 En ceci s’est manifestée la Charité de Dieu envers nous : Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde, afin que nous vivions par Lui.

(...)

16 Et nous avons connu l’Amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru. Dieu est Amour ; Dieu est Charité ; et celui qui demeure dans la Charité, demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui.

17 En ceci consiste la perfection de la Charité envers nous : que nous ayons pleine assurance au jour du Jugement, car tel est Celui-là, tels aussi nous sommes en ce monde.

18 Il n'y a pas de crainte dans la Charité, mais la parfaite Charité bannit la crainte ; car la crainteimplique un châtiment ; or celui qui craint, n'est point parvenu à la perfection de la Charité.

19 Quant à nous, aimons, puisque Lui nous a aimés le premier.

Et Dieu nous a aimés le premier, par l’intermédiaire de Jésus-Christ, la plus sublime expression de Fraternité vue dans ce monde.

20 Si quelqu'un dit : J'aime Dieu, et cependant il hait son frère, c’est un menteur ; car celui qui n'aime pas son frère, qu'il voit, ne saurait aimer Dieu, qu’il ne voit pas.21 Et nous avons de Lui ce commandement : que celui qui aime Dieu aime aussi son frère.

Voici le message permanent du Noël de Jésus et d’un Nouvel An où il y ait plus d’humanité de l’humanité pour l’Humanité. Et si « le XXIe siècle (...) ne sera pas » s’il n’est pas religieux, qu’il le soit plus : qu’il se transmute en une grande étreinte des religions, en une glorieuse Religion d’Amour et de Fraternité.

_______________________

*1 Lire, dans le chapitre 17 de l’Évangile du Christ Œcuménique selon Jean, Sa célèbre « Prière Sacerdotale ».

*2 Jerônimo Gueiros (1870-1953) — Il est né à Queimadas de Santo Antônio/PE, Brésil, en 1870. Il a été pasteur presbytérien et professeur de la chaire de portugais. Il a enseigné à l’École Normale du Rio Grande do Norte. Au cours de son apostolat, il a exercé la charge de directeur du Séminaire Presbytérien du Sud (Campinas) ; professeur et président du Séminaire Évangélique du Nord (Recife). Écrivain de talent, il a présidé l’Académie des Lettres du Pernambuco. Il est mort à Recife/PE, Brésil, en 1953.

*3 Psaumes pour l’Esprit — Publié par la Maison d’Edition Mauad, Rio de Janeiro, 2002.

José de Paiva Netto est écrivain, journaliste, homme de radio, compositeur et poète. Il est né le 2 mars 1941, à Rio de Janeiro, Brésil. Il est président de la Légion de la Bonne Volonté (LBV) et membre effectif de l’Association Brésilienne de la Presse (ABI) et de l’Association Brésilienne de la Presse Internationale (ABI-Inter). Affilié à la Fédération Nationale des Journalistes (FENAJ), à l’International Federation of Journalists (IFJ), au Syndicat des Journalistes Professionnels de l’État de Rio de Janeiro, au Syndicat des Écrivains à Rio de Janeiro, au Syndicat des Professionnels de la Radio à Rio de Janeiro et à l’Union Brésilienne des Compositeurs (UBC). Il fait aussi partie de l’Academia de Letras do Brasil Central [Académie des Belles Lettres du Brésil Central]. C’est un auteur de référence internationale reconnu pour la conceptualisation et la défense de la cause de la Citoyenneté et de la Spiritualité Œcuméniques, qui, selon lui, constituent « le berceau des valeurs les plus généreuses qui naissent de lÂme, la demeure des émotions et du raisonnement éclairé par lintuition, lenvironnement qui englobe tout ce qui transcende le domaine vulgaire de la matière et vient de la sensibilité humaine sublimée, comme la Vérité, la Justice, la Miséricorde, lÉthique, lHonnêteté, la Générosité, l’Amour Fraternel. En bref, la constante mathématique qui harmonise l'équation de l'existence spirituelle, morale, mentale et humaine. Or, sans cette conscience que nous existons sur deux plans, et donc, pas seulement sur le plan physique, il nous est difficile d'atteindre la Société réellement solidaire, altruiste et œcuménique, car nous continuerons à ignorer que la connaissance de la Spiritualité supérieure élève la nature des êtres et les conduit, en conséquence, à construire une citoyenneté planétaire. ».