Communicateur

João Preda

Paiva Netto

En près de six décennies, Paiva Netto s’est distingué dans le domaine de la communication, non seulement comme protagoniste, mais aussi comme l’un de ses grands promoteurs. Il a créé la maison d’édition Elevação, l’imprimerie de la Bonne Volonté, le studio d’enregistrement Som Puro, le Portail Bonne Volonté (outre de très nombreux sites internet en diverses langues), le Super Réseau Radiophonique Bonne Volonté, la chaîne Boa Vontade TV [Bonne Volonté TV] et la chaîne TV Reeducar — Rede Educação e Futuro de Televisão [TV Rééduquer – le réseau de télévision Éducation et Avenir], ces trois derniers avec des dizaines de stations émettrices du nord au sud du Brésil.

Quant à la communication écrite, il a publié d’innombrables titres, notamment les magazines JESUS ESTÁ CHEGANDO! [JESUS S’APPROCHE !] et BONNE VOLONTÉ, en les faisant parvenir à d’autres pays avec des textes traduits dans plusieurs langues. Tous ces médias rendent compte des réalisations des Institutions de la Bonne Volonté (IBV) et sont propagateurs de la valorisation de la vie et de la Spiritualité Œcuménique.

VOCATION

L’aptitude à communiquer l’accompagne très tôt. Il est bon de rappeler que l’un de ses premiers contacts avec l’idéal de la Bonne Volonté a eu lieu justement à travers la communication, le 29 juin 1956 — date qui marqua le début de la trajectoire de Paiva Netto à la LBV. Avec un dévouement profond et montrant un zèle particulier dans l’exécution de ses tâches, il a bientôt commencé à réaliser l’accompagnement sonore des enregistrements à la radio du regretté fondateur de l’Institution, journaliste, homme de radio et poète, Alziro Zarur (1914-1979), en vertu de son talent et de son intérêt pour la musique classique.

Arquivo BV

Alziro Zarur et Paiva Netto

Le contact avec Zarur a fait croître son intérêt pour l’être humain et l’attention à porter à l’Esprit. C’est aussi avec lui qu’il entre dans le métier de la radio, dès les années 1950, et celui de journaliste en 1961, quand il écrit l’article Recette d’un jeune pour les jeunes, le 8 octobre, et le présente le 10 à la Rádio Mundial (ancienne Radio de la Bonne Volonté). Le 15 du même mois, Alziro Zarur publie l’article dans le journal Gazeta de Notícias, de Rio de Janeiro. Pendant longtemps, il a écrit au bas de la colonne de Zarur dans le périodique, comme le rapporte lui-même le créateur de la Légion de la Bonne Volonté. Le 3 mai 1978, Paiva Netto promet à Alziro Zarur de rassembler les lignes directrices de la LBV et de les publier. Le regretté fondateur de la Légion de la Bonne Volonté lui répondit alors : « Paiva, seul un grand ami pouvait faire un travail de cette envergure. Un énorme merci ». 

LA VALORISATION DE LA VIE

Depuis lors, il fait à travers la communication écrite la promotion des campagnes pour la Vie, la Fraternité, la Spiritualité Œcuménique, en portant le message des Institutions de la Bonne Volonté dans les régions les plus reculées de la planète, dans d’importants journaux et magazines nationaux et internationaux. Aujourd’hui, on estime que près de deux mille organes de presse et d’information en ligne ont déjà divulgué ses textes.

En raison de tout ce travail, le journaliste et homme de radio Paiva Netto est considéré par beaucoup comme « le plus grand communicateur du Brésil », comme l’a fait constater le célèbre journaliste brésilien Moacir Japiassu dans un texte en couverture du Jornal dos Jornais — magazine de la presse — n° 17 d’août 2000.

Évènements historiques

Foto: Arquivo BV